Une antenne 5G sur le clocher de l’Abeille, à La Chaux-de-Fonds

Le théâtre de l’Abeille devrait accueillir sur son clocher une antenne 5G. Cela rapporterait 6000 francs par an à l’association Evaprod, propriétaire du bâtiment. L’enquête publique court jusqu’au 14 septembre.
19 août 2020, 16:26
/ Màj. le 21 août 2020 à 12:27
L'association Evaprod financera une partie du toit du théâtre de l'Abeille grâce aux loyers versés par Swisscom.

Le temple de l’Abeille, transformé en théâtre il y a quatre ans par l’association Evaprod, a tapé dans l’œil de Swisscom. L’entreprise prévoit d’installer une antenne 5G sur le clocher.

«Nous avons été contactés il y a deux ou trois ans par Swisscom au sujet de l’installation de cette antenne dans notre clocher», confirme Floriane Iseli, cofondatrice de l’association Evaprod, propriétaire du bâtiment depuis 2015. «A l’époque, il n’y avait pas toutes ces polémiques. On a trouvé super, car nous n’utilisons pas ce clocher et cela nous permet d’encaisser un loyer de 6000 francs par an.»

Réfection du toit

Les fondateurs signent l’accord, heureux de l’aubaine, le toit de l’ancien temple ayant besoin d’être rénové. «Nous avons demandé à Swisscom s’il était possible d’encaisser dix ans de loyers d’avance. Ils ont accepté. Ces 60 000 francs nous seront versés dès la fin de la mise à l’enquête. Cela nous permettra de financer en partie la réfection du toit. Le coût total est de 200 000 francs, nous bénéficions d’une subvention de 40 000 francs de la Ville de La Chaux-de-Fonds», précise la jeune femme.

La pose de ces antennes rencontre néanmoins de nombreuses réticences. En novembre dernier, le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (Detec) a publié le rapport élaboré par le groupe de travail «Téléphonie mobile et rayonnement.»

Sur le site internet de l’Office fédéral de la santé publique, qui a participé activement au groupe de travail, en particulier sur les questions liées à l’exposition de la population au rayonnement et aux effets sur la santé, on peut lire «Nous avons constaté que des incertitudes subsistaient sur la technologie 5G et qu’il importe de les clarifier prochainement par le biais d’études scientifiques.»

On préfère qu’elle soit sur notre toit, et nous rapporte de l’argent, plutôt qu’à 100 mètres de là.
Floriane Iseli, cofondatrice d’Evaprod

Swisscom se veut rassurant

«Nous avons demandé à Swisscom si l’antenne n’interférerait pas avec nos micros, et s’il n’y aurait pas de danger pour les élèves et les comédiens, ils ont assuré que non», indique Floriane Iseli. «Nous sommes conscients qu’il est important de protéger la planète», souligne-t-elle. «Mais après réflexion, dès lors que la loi autorise la pose de ces antennes, on préfère qu’elle soit sur notre toit, et nous rapporte de l’argent, plutôt qu’à 100 mètres de là.»

Les Chaux-de-Fonniers qui souhaitent déposer une opposition auprès du Conseil communal doivent le faire avant le 14 septembre, lit-on dans le document répertoriant les mises à l’enquête publique sur le site web de la Ville. «Mais s’ils veulent aider le théâtre, ils ne doivent pas le faire…», glisse Floriane Iseli.

En savoir plus : les mises à l'enquête publique sur le site de la Ville de La Chaux-de-Fonds

Article modifié le 21 août à 12h30 avec le nouveau délai d'opposition.

par Sylvie Balmer