130’000 personnes attendues pour la 46e Braderie de La Chaux-de-Fonds

Le comité organisateur de la 46e édition de la Braderie a dévoilé un riche programme ce matin. Le dernier week-end d’août, quelque 130’000 personnes sont attendues à La Chaux-de-Fonds.
05 avr. 2019, 14:12
/ Màj. le 05 avr. 2019 à 12:41
La Braderie se tiendra du 30 août au 1er septembre.

La 46e Braderie – 9e Horlofolies fera vibrer La Chaux-de-Fonds les 30-31 août et 1er septembre prochains. Le comité organisateur, qui attend quelque 130’000 spectateurs, a concocté un programme très dense, entre animations, déambulations et concerts, tous gratuits.

A l’affiche, sont prévues des stars comme la reine du yodel Mélanie Oesch et le groupe Oesch’s die Dritten, qui se produiront sous la tente d’Espacité, ou l’accordéoniste jazz Richard Galliano, qu’on pourra écouter au Conservatoire.

Artistes de la région

Une large place sera également offerte aux artistes de la région, notamment sur la scène gérée par des acteurs culturels tels que Bikini Test et l’ABC. Cette dernière sera pour la première année plantée rue du Roulage, à l’ouest de l’avenue Léopold-Robert.

Là, la fameuse déambulation d’artistes de rue se déroulera le samedi et le dimanche. Douze troupes professionnelles arpenteront le Pod, parmi lesquelles la compagnie Louxor et son horloge mécanique géante, clin d’œil au dixième anniversaire de la distinction de l’urbanisme horloger des villes de La Chaux-de-Fonds et du Locle, par l’Unesco.

Inscriptions encore ouvertes pour les stands

Coté stands, les inscriptions sont encore ouvertes, sur internet uniquement. Environ 200 sont attendus, dont 70 tenus par des sociétés locales. Grâce à la collaboration de Vadec SA, le comité se réjouit de la mise en place d’une structure logistique pour les verres réutilisables et espère que de nombreux stands adhéreront à la démarche.

Conscientes de l’intérêt et du succès de la fête, les autorités chaux-de-fonnières la soutiennent en offrant des prestations de sécurité et de service public (mise en place, nettoyage etc.) pour quelque 270’000 francs au total. «Soit plus d’un quart de million», a souligné Marc Arlettaz, conseiller communal en charge des services concernés, et vice-président du comité. «Une chose qui n’est pas remise en cause, malgré la situation financière de la Ville».

par Sylvie Balmer