Une fin amère pour l’Auberge d’Hauterive

L’un des restaurants les plus cotés de la région neuchâteloise, l’Auberge d’Hauterive, va fermer d’ici la fin de l’année.
20 nov. 2018, 18:28
/ Màj. le 20 nov. 2018 à 18:12
Nicolas Toussaint dans ses cuisines, lors du Festin neuchâtelois 2014.

Le 22 décembre, ce sera fini pour l’Auberge d’Hauterive. Le chef Nicolas Toussaint, son épouse et toute leur équipe mettront définitivement la clé sous le paillasson de cet établissement réputé dans la région. Une fin très amère pour le couple, cette fermeture étant dictée par un choix du propriétaire de la bâtisse.

«Nous fermons à contrecœur», dit le chef dont la cuisine est honorée d’un 15/20 au Gault&Millau. Une note qui le classe, selon le guide gastronomique, parmi les sept meilleurs établissements du canton. «Il y a un sentiment de gâchis. Nous avions une belle équipe, quelque chose de très bien. Nous nous sommes donnés corps et âme dans cette aventure. Nous avions réussi à progresser, aussi dans les guides.»

Après sept ans à la tête de l’auberge, reprise début 2012 des mains de l’ancien chef Joachim Hausch, Nicolas Toussaint espère désormais pouvoir «retrouver une adresse d’ici deux ans». Originaire de Besançon, mais installé depuis des années dans le canton, le patron veut continuer de proposer sa cuisine «dans l’air du temps, artisanale, française et avec des produits du terroir».

«Une vitrine»

«Nous nous sommes toujours considérés comme une vitrine pour la gastronomie neuchâteloise», dit l’ancien de la Maison du Prussien et du Palafitte, habitué du Festin neuchâtelois. L’adresse altaripienne était également connue pour son cadre «apaisant et chaleureux» dans le vieux village. Ainsi que pour sa belle terrasse «que les gens appréciaient».

La fin du bail va mettre six personnes sur le carreau. «Nous sommes quatre à plein-temps et deux à temps partiel», précise Nicolas Toussaint, avec «beaucoup d’amertume». 

Quant à l’avenir du bâtiment après le départ des actuels locataires, aucune information pour l’instant. Nous n’avons pas été en mesure de joindre le propriétaire des lieux.

par Matthieu Henguely