Neuchâtel: le programme de la Case à chocs s’annonce «polymorphe»

Pour son nouveau programme de mi-saison, la salle de concert neuchâteloise opte pour une programmation variée, alliant artistes émergents et valeurs sûres.
21 janv. 2019, 12:40
/ Màj. le 21 janv. 2019 à 12:15
La Case à chocs promet une programmation "polymorphe" cette mi-saison.

Il est sorti! Le programme de la prochaine mi-saison de la Case à chocs, de janvier à mai 2019, sera «polymorphe» selon le communiqué de la salle de concerts. La Case rappelle sa «mission de soutien à la scène musicale locale» avec, notamment, un festival dédié aux musiciens émergents.

Concernant le reste de la programmation, les vendredis sont toujours consacrés aux concerts et les samedis aux soirées clubbing. La chanteuse française GiedRé sera la première à fouler la scène pour cette nouvelle saison, vendredi.

A lire aussi : Neuchâtel: la Case à chocs doit-elle soutenir davantage les musiciens débutants?

Relève du rap… et vieux de la vieille

Donnant «une place de choix» à la scène neuchâteloise, la Case propose les vernissages de plusieurs artistes de la région, dont Euclidean, Arthur Henry ou le label Eclect Records. Le groupe de hard rock Rebel Duck donnera un concert au Queen Kong Club lors d’une soirée qui présentera le meilleur de l’actualité rock.

Pour les amateurs de hip-hop et de rap, deux soirées Forward auront lieu les 8 février et 18 avril. L’occasion de découvrir la relève, dont Di-Meh et Slimka, «figure de proue du rap suisse qui explose» ou Biffy, «rappeur avec une attitude punk». Pour les amateurs du style old-school, les X (aka X-Men), légendes du rap français, se produiront le 16 mars.

Côté clubbing, la Case, «toujours à l’avant-garde des musiques électroniques», collabore avec des collectifs locaux. La saison commence par une soirée acid techno le 16 février. Le 2 mars, c’est la techno minimale qui sera à l’honneur.

Musiques du monde sauce électro

Un nouveau concept sera également proposé par How I Met Your Techno Collective. Débutant à 20 heures et proposant un headliner électronique à 22 heures, le collectif suit la règle qui dit qu’«après deux heures du matin, plus rien n’est bon». Pour cette édition, c’est la productrice techno française Irène Drésel qui jouera en live derrière ses machines.

Les musiques du monde ne seront pas en reste avec des soirées clubbing dédiées. Le 9 février, la soirée Balkan Beat accueillera le concert de Gypsy Sound System Orkestra. Ce sera ensuite au tour des rythmes caribéens, avec les Colombiens de Ghetto Kumbé.

En savoir plus : Retrouvez l’intégralité du programme dès mardi 22 janvier

 

par Vicky Huguelet