L'instit voyeur quitte l'exécutif

03 août 2015, 08:50
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

L'enseignant de Cornaux suspendu fin 2010 pour avoir visionné des images érotiques en classe, par ailleurs conseiller communal, a démissionné de ses fonctions politiques.

«Il a adressé fin mars une lettre très brève aux autorités. Il n'a évoqué aucun motif justifiant son départ», indique Claude Rocchetti, président de commune.

Un conseiller communal sera élu par le législatif le 3 mai pour lui succéder.

L'ancien chef du Dicastère de l'urbanisme, des services sociaux et de la santé, en arrêt maladie depuis son éviction de l'école primaire, ne s'était plus montré aux séances politiques de 2011. Obligeant ainsi les quatre autres membres de l'exécutif à reprendre ses dicastères.

Une démission était donc attendue par bon nombre de conseillers généraux soucieux du fonctionnement de la commune (notre édition du 17 février).

«En tant qu'élu, la balle était dans son camp. C'était à lui de décider s'il restait à son poste ou non. Le Conseil communal n'avait aucun moyen d'agir», rappelle Isabelle Weber, conseillère communale en charge de l'Instruction publique.

Elle ajoute que l'enquête pénale avance, et qu'en fonction de ses conclusions, les autorités décideront si l'enseignant peut réintégrer son poste de travail ou non. «Je ne peux pas en dire plus pour le moment.»

Le procureur Yanis Callandret confirme que l'instruction vient d'être bouclée. «Les décisions prises seront communiquées en début de semaine prochaine.» vgi