Réservé aux abonnés

Ces Neuchâteloises militent pour que le consentement entre dans le Code pénal

Les membres du Collectif neuchâtelois pour la grève féministe ont réalisé une action ce mercredi à Neuchâtel. Elles demandent que le viol soit redéfini dans le Code pénal.
25 nov. 2020, 20:25 / Màj. le 25 nov. 2020 à 20:25
Les militantes avaient choisi de se déguiser en «Servante écarlate», ce mercredi soir à Neuchâtel.

«La définition actuelle du viol dans le Code pénal se base sur une vision stéréotypée de ce qu’est réellement un viol.» Diane Matthys fait partie du Collectif neuchâtelois pour la grève féministe. Ce mercredi, une action a été réalisée dans la capitale cantonale à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

A lire aussi: Droits des femmes: les collectifs féministes suisses e...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois