Auvernier: la police accueillie par des jets de bouteilles au bord du lac

Ce samedi soir, la police neuchâteloise est intervenue au bord du lac, à Auvernier, pour tenter de disperser un attroupement de 200 à 300 personnes qui faisaient la fête. Alcoolisés, ces jeunes ont jeté des bouteilles aux agents, qui ont finalement renoncé à les déloger pour des raisons de sécurité.
10 mai 2020, 20:30
/ Màj. le 11 mai 2020 à 11:35
Entre 200 et 300 jeunes se sont donné rendez-vous samedi soir au bord du lac, à Auvernier, pour faire la fête.

Attroupés au bord du lac, à Auvernier, 200 à 300 jeunes s’en sont pris à la police samedi soir, quand celle-ci a voulu les déloger. La foule avait pris ses quartiers sur la plage pour faire la fête.

Pour des raisons de sécurité, les forces de l’ordre ont renoncé à intervenir car cela aurait nécessité un engagement important d’agents, ont annoncé nos confrères de RTN, ce dimanche, sur leur site.

«Ils n’ont rien trouvé de mieux que d’aller s’alcooliser au bord du lac. Quand les patrouilles de la police sont intervenues, il y a eu des jets de bouteilles et de nourriture», a déclaré Georges-André Lozouet, chargé de communication à la police neuchâteloise. Impossible pour quatre agents de disperser un attroupement pareil, déplore-t-il.

Pas de poursuites

La police regrette l’accueil qui lui a été réservé, d’autant que les mesures de confinement liées au Covid-19 ne sont de loin pas terminées. «Cette situation devra faire l’objet d’une appréciation pour la suite», a ajouté le chargé de communication. Il n’y aura certainement pas de poursuites étant donné que les fauteurs de troubles n’ont pas été identifiés.

La plage d’Auvernier n’a pas été le seul endroit où l’ambiance était agitée. Ce week-end, la police a distribué aux touristes une quinzaine d’amendes par site interdit et par jour. En outre, elle a dû intervenir pour des débuts d’incendie et des accidents de la circulation.

Les interdictions d’accès aux sites touristiques du Creux-du-Van et des gorges de l’Areuse ont quant à elles été plutôt bien respectées. En revanche, les directives relatives aux regroupements de plus de cinq personnes laissent à désirer.

par Antonella Fracasso