Le Mouvement de la condition paternelle Neuchâtel réagit après le drame du Creux-du-Van

Les motifs profonds qui ont poussé le père à se jeter du haut du Creux-du-Van le 14 août, entraînant ses deux enfants, sont "incompréhensibles": le Mouvement de la condition paternelle Neuchâtel estime que le terme employé par le procureur en charge du dossier équivaut à une condamnation morale.
08 sept. 2015, 17:01
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Vue d'avion du site du Creux-du-Van.

Mardi, le Mouvement de la condition paternelle Neuchâtel (MCPN) faisait parvenir à notre rédaction la copie de la lettre qu’il a adressée au procureur neuchâtelois Jean-Paul Ros, en charge de l’affaire du drame du Creux-du-Van. Le MCPN dénonce une condamnation morale de l’auteur de l’infanticide. Le président du MCPN, Pierre Muhlemann, fait aussi des propositions dans une interview à paraître demain et dont voici le début:

Pierre Muhlemann, dans votre lettre, on peut lire que le procureur aurait dû s’abstenir de parler de «motifs profonds incompréhensibles» pour expliquer le geste fatal du père qui a tué ses enfants de 2 et 3 ans. Pourtant ce terme, utilisé dans le cadre d’une enquête en cours, s’appuie sur des faits: le père avait un droit de visite, la décision de justice sur la garde des enfants étant provisoire...

Selon moi, le procureur aurait pu se contenter de parler de «raisons encore inconnues». Le terme «incompréhensible» induit forcément un jugement moral. Cela trahit aussi une méconnaissance de la réalité que peuvent vivre ces pères. Au MCPN, nous ne connaissons par les détails de cette tragique histoire, mais sur la base de notre vécu, notamment dans l’accompagnement de nos membres, nous sommes en mesure de comprendre les raisons qui amènent une personne à commettre l’irréparable. Il y a une explication au fait que tout s’écroule dans une vie, souvent liée à l’isolement...

L'interview complète et la position du procureur Jean-Paul Ros sont à découvrir dans nos éditions payantes de jeudi.