Laisser le choix d'ouvrir

02 août 2015, 18:46
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

Faut-il autoriser la tenue d'un marché le jour de la Fête nationale? Nos lecteurs sont partagés sur la question. Dans leurs commentaires, beaucoup plaident pour une application souple de la législation.

«On est en période de vacances, les touristes sont là et on supprime une belle animation traditionnelle», s'insurge Joël Zimmerli de Neuchâtel. Danielle Wolfrath, de Wavre, renchérit: «Neuchâtel est une ville sans animation et carrément sans vie les jours fériés.» A peine moins vif que la remarque de Vincent Pahud, de Neuchâtel, qui trouve qu'on «est en train de transformer la Fête nationale en fête des morts».

«Pourquoi certaines villes vaudoises peuvent autoriser les marchés samedi?», s'interroge Charles-André Gonseth, qui demande «un peu de souplesse». Georges Flück, de La Chaux-de-Fonds, constate «l'esprit obtus de nos autorités», Chantal Borel, de Boudry, estime que «les marchands devraient avoir le libre choix de travailler ou pas». Même point de vue pour Charles-André Favre senior, de Neuchâtel. «Quel dilemme!» s'exclame Daniel Friche, de Môtiers. «Le marché ouvert pour les touristes, les gens du cru ou les maraîchers; et les jours fériés pour qui?» Finalement, seul Pascal Principi, de Travers, est catégorique: «Tout le monde a droit au repos. Pourquoi les frigos existent-ils?» /sdx