L'Express et L'Impartial font peau neuve

«L'Express» et «L'Impartial» arboreront leur nouvelle livrée demain. Le graphisme et la maquette seront communs avec «Le Nouvelliste», «Le Journal du Jura» et «La Côte».
02 août 2015, 19:52
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

La nouvelle maquette souligne la primauté à l'information régionale et locale. Pour le national, l'international et l'économie, une plate-forme unique est mise sur pied.

Le moteur de ce changement est le groupe Hersant (Editions Suisse  Holding) qui possède «L'Express», «L'Impartial», «Le Nouvelliste» et «La Côte».

«Le Journal du Jura», propriété du groupe biennois Gassmann, collabore depuis 2007 avec les titres neuchâtelois à l'enseigne d'Arc Presse.

Cette nouvelle formule démontre que l'«on est des vrais quotidiens régionaux, mais généralistes, avec la volonté d'améliorer la qualité», affirme Nicolas Willemin, rédacteur en chef des quotidiens neuchâtelois et responsable du projet. La réorganisation du travail a permis d'augmenter les moyens et d'ajouter une page éclairage au début du second cahier, alors qu'il y a «un léger renforcement» pour le régional.

Pas de licenciement
Cette page supplémentaire a été obtenue par une rationalisation des moyens. Une plate-forme d'informations, baptisée Agence romande de presse, a été constituée à Neuchâtel pour fabriquer avec huit  journalistes les pages clés en main non-régionales.

L'opération n'a pas entraîné de licenciements, mais des collaborateurs de Sion doivent se déplacer à Neuchâtel, précise Nicolas Willemin.

Le but de cet outil est de fournir «davantage de papiers originaux» et d'avoir moins recours aux agences de presse, relève le responsable. Un accord a été conclu avec «Le Figaro» afin de pouvoir reprendre en direct le contenu du quotidien français.

Le traitement commun de l'actualité nationale ne devrait pas poser de problèmes, selon lui, malgré les différences locales. S'il le faut, il y aura des décrochages régionaux pour assurer la couverture de certaines particularités ou des interventions de responsables politiques cantonaux.

Syndicats critiques
Questionnés sur cette nouvelle formule, qui devrait se développer dans le numérique, les syndicats Impressum et Syndicom restent prudents puisqu'ils n'ont pas encore vu les journaux remaniés. Ils s'expriment néanmoins de manière générale sur l'idée même de multiplier les pages communes.

Impressum «espère vivement que le projet respecte la diversité  des sources d'informations», déclare Dominique Diserens, secrétaire  générale. «Toute concentration du travail ne nous plaît pas du tout  par rapport à la diversité de la presse», renchérit Fabia Bottani, secrétaire syndicale chez Syndicom. /ats-réd