Jean-Nat Karakash fâché contre le Secrétariat d’Etat aux migrations

L’administration bernoise a supprimé les subventions liées à l’assistance de certains requérants d’asile en attente de renvoi. Dans plusieurs cas, Neuchâtel conteste être responsable du fait qu’ils n’aient pas été renvoyés.
29 mai 2019, 19:43
/ Màj. le 29 mai 2019 à 19:39
Jean-Nat Karakash lors de la session du Grand Conseil neuchâtelois, le 29 mai 2019.

“Le Conseil d’Etat n’est pas satisfait par la pratique du Service fédéral des migrations qui consiste à supprimer les subventions d’assistance pour des requérants d’asile au sujet desquels les décisions formelles de renvoi n’ont pas été prises”.

Jean-Nat Karakash a vivement critiqué l’administration fédérale à l’occasion d’une question liée à la situation d’une famille requérante d’asile. Le ministre a indiqué que 37 personnes (26 dossiers d’asile dont quatre familles) faisaient l’objet d’une interruption des subsides fédéraux pour cause de non-renvoi.

Un contentieux financier

L’aide versée à ces personnes est donc à la charge du canton, alors même que certains de ces migrants ont bénéficié entre-temps d’une décision favorable de Berne. D’autres n’ont pas fait l’objet de décision définitive. Il en ressort un contentieux de 850 000 francs avec Berne. Le canton a déposé un recours, contestant être responsable de la non-exécution de renvois.

par Luc-Olivier Erard