Réservé aux abonnés

Universités: les futurs professeurs ne veulent plus des années de galère

La relève scientifique en a assez des contrats à durée déterminée et a lancé une pétition pour obtenir du changement. Les politiciens se sont penchés sur la question.
23 déc. 2020, 06:54 / Màj. le 23 déc. 2020 à 06:54
La plupart de ceux qui aspirent à une carrière académique commencent par des années de CDD, souvent non-reconduits, qui provoquent une précarisation de ce personnel ultra-formé.

Elle a fini par jeter l’éponge. Caroline*, la quarantaine, employée dans le domaine de la culture après un long chômage et une reconversion professionnelle difficile, pensait faire une carrière académique. Elle avait été maître-assistante à la Faculté des lettres de l’Université de Genève pendant dix ans (dont deux en tant que boursière). Or ce type de poste est à durée déterminée. Arrivée à l’échéance de son contrat sans reno...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois