Un portefeuille rendu à un marin américain 53 ans après

Paul Grisham, un météorologiste de la Marine américaine, a eu l’heureuse surprise de se voir rendre un portefeuille qu’il avait perdu… 53 ans plus tôt en Antarctique. Des inconnus l’ont contacté pour le lui remettre par courrier.
06 févr. 2021, 18:25
/ Màj. le 06 févr. 2021 à 18:26
La découverte s'est faite au moment de la destruction d'une base scientifique.

Un météorologiste de la Marine américaine a eu l’heureuse surprise de se voir rendre un portefeuille qu’il avait perdu… 53 ans plus tôt en Antarctique.

Paul Grisham, aujourd’hui âgé de 91 ans, ne se souvenait même plus d’avoir perdu l’objet quand des inconnus l’ont contacté pour le lui remettre par courrier, a raconté jeudi le quotidien de Californie «The San Diego Union-Tribune».

A lire aussi : Danemark: le meurtrier d’une journaliste dans son sous-marin arrêté après une courte évasion

La découverte fortuite s’est faite au moment de la destruction en 2014 de la base scientifique sur l’île de Ross, où était stationné le marin en tant que prévisionniste d’octobre 1967 à novembre 1968.

Le portefeuille de Grisham était ainsi caché derrière un vestiaire et contenait, entre autres, sa carte d’identité de la Navy, son permis de conduire, des consignes en cas d’attaque biologique ou chimique, et… un ticket de rationnement pour la bière.

«Epoustouflé»

Le marin étourdi s’est dit «époustouflé» qu’autant de personnes se soient démenées pour réunifier le portefeuille à son propriétaire.

Car c’est toute une chaîne de bons samaritains qui a permis la réunification de l’objet à son propriétaire.

L’un des responsables d’un groupe de recherche en Antarctique a ainsi contacté un de ses anciens employés qui avait déjà réussi une telle opération avec un bracelet de marin découvert dans un magasin. Avec sa fille, ils ont fait appel à une fondation pour vétérans, qui ont contacté de leur côté l’Association du service météorologique naval, dont Paul Grisham était membre.

Le portefeuille est finalement arrivé samedi dernier, en bon état, jusqu’à la résidence du vétéran à San Carlos, dans le sud de la Californie.