Réservé aux abonnés

Un départ met en péril un des piliers onusiens

Le retrait américain risque d’accroître encore le déséquilibre au sein du Conseil des droits de l’homme.
21 juin 2018, 00:01
/ Màj. le 21 juin 2018 à 00:01
DATA_ART_12241919

C’est un raout qui bat son plein en ce moment même, à Genève. Le Conseil des droits de l’homme réunit, pendant trois semaines, les représentants de 47 pays ainsi qu’une nuée d’ONG et de lobbyistes. Au menu d’hier: violence envers les femmes, protection des migrants, trafic d’êtres humains.

Alors que le cénacle poursuivait, hier, ses discussions protocolées, les couloirs et salons bruissaient de la nouvelle, attendue, mais tombée comme un couperet la veille. Les Etats-Unis quittent cet organe phare des Nations Unies. Une instance «hypocrite» qui «protège les violateurs des droits humains», a jus...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an