Tunisie: le touriste suisse suspecté de terrorisme a été relâché

Arrêté le 5 août alors qu'il photographiait la maison du ministre de l'Intérieur à Kasserine, le touriste suisse soupçonné de "terrorisme" a été libéré lundi. La maison du ministre avait été attaquée par des terroristes en mai.
07 août 2015, 14:04
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
epa04319986 Tunisian Minister of Interior Lotfi Ben Jeddou speaks during a press conference with Tunisian Minister of National Defence Ghazi Jeribi (not pictured) at the Government Palace in Tunis, Tunisia on 17 July 2014. Jeribi, said that the number of terrorists who carried out yesterday's attack in the area near the Mont Henchir Ettela Chaambi varies between 40 and 60 members. At least 14 Tunisian soldiers were killed in an attack by suspected Islamist militants on security checkpoints near the Tunisian border with Algeria, the Defence Ministry said 17 July. The attack occurred 16 July evening in the western area of Mount Chaambi, where the army is carrying out an anti-militant campaign, according to the ministry's spokesman Rachid Hawela.  EPA/MOHAMED MESSARA

Le touriste suisse soupçonné de "terrorisme" a été libéré et son dossier classé sans suite, a annoncé mardi la justice tunisienne. Il avait été arrêté le 5 août alors qu'il photographiait la maison du ministre de l'Intérieur à Kasserine.

Transféré à Tunis, il avait été interrogé par une unité enquêtant sur les crimes terroristes. La police a retrouvé dans son appareil des centaines de photos de postes de police et de bâtiments officiels.

"Hier (lundi), le dossier a été classé sans suite en l'absence d'éléments l'incriminant et il a été libéré", a expliqué Allala Rhouma, porte-parole du tribunal de première instance de Tunis.

La maison du ministre Lotfi Ben Jeddou à Kasserine, dans le centre-ouest de la Tunisie, a été attaquée en mai par un commando jihadiste, une action revendiquée par Al-Qaïda. Quatre policiers avaient été tués.

La ville de Kasserine est située à quelques kilomètres du mont Chaambi, où la Tunisie pourchasse depuis plus d'un an et demi un groupe jihadiste responsable d'attaques meurtrières contre les forces armées et la police.