Réservé aux abonnés

Services d’urgences au bord de la crise de nerfs

Les urgentistes comptent intensifier, cet automne, un mouvement qui a démarré en mars dernier. L’Exécutif s’inquiète.
12 sept. 2019, 00:01
/ Màj. le 12 sept. 2019 à 00:01
DATA_ART_13067720

C’est le signe d’une inquiétude profonde de la part du gouvernement. Ce lundi, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé le déblocage d’une enveloppe exceptionnelle de 750 millions d’euros pour répondre au mouvement des urgentistes, qui ne cesse de prendre de l’ampleur dans l’Hexagone. Avec la mobilisation concernant les retraites et un possible retour sur le devant de la scène des gilets jaunes, c’est la troisième principale source d’inquiétude du gouvernement en cette rentrée sociale qui s’annonce chargée.

Parmi les mesures présentées par la ministre: un «service distant unive...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois