Réservé aux abonnés

Répression chinoise au Tibet: «C’est la disparition d’une société qui se joue», témoigne une Fribourgeoise

Sécurité renforcée, violations des droits humains: la politique de répression et d’assimilation forcée de Pékin envers le Tibet s’est durcie, selon la chercheuse Fanny Iona Morel.
28 oct. 2021, 00:01 / Màj. le 28 oct. 2021 à 08:22
Devant le palais du Potala à Lhassa, dans la région autonome du Tibet (ouest de la Chine), lors d’une visite organisée par le gouvernement pour les journalistes étrangers, mardi 1er juin 2021.

L’air est devenu irrespirable sur le Plateau tibétain. La population étouffe toujours plus sous le joug chinois. Réduite quasiment au silence, elle peine à faire entendre ses souffrances au-delà des frontières de la région autonome. Une chercheuse fribourgeoise s’en fait pourtant l’écho dans un livre*. Dans le cadre d’un projet de recherche sur les violations des droits humains avec l’Observatoire de la diversité et des droits culturels, à l’Université de Fribourg, elle s’est ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois