Kenya: des archéologues découvrent un massacre vieux de 10'000 ans

Une équipe de scientifiques a mis au jour le plus ancien massacre de l'humanité. La découverte a été faite dans le nord du Kenya.
21 janv. 2016, 07:21
/ Màj. le 21 janv. 2016 à 14:09
Les ossements de 27 personnes ont été retrouvés.

Des archéologues ont annoncé mercredi la découverte au Kenya des traces du plus vieux massacre de l'histoire de l'humanité. Il remonte à l'âge de pierre.

Les restes de 27 chasseurs-cueilleurs tués il y a environ 10'000 ans par un groupe d'assaillants à coups de flèches, de pierres et de bâtons ont été mis au jour sur le site de Nataruk, à une trentaine de km à l'ouest du lac Turkana, dans le nord du Kenya.

Les scientifiques ont découvert une lame acérée en obsidienne, une pierre volcanique, fichée dans le crâne d'un homme. Sur un autre squelette, ils ont trouvé les marques de deux coups mortels portés à la tête, sans doute par un gourdin, le crâne étant brisé. Une femme apparemment sur le point d'accoucher a été retrouvée avec les pieds et mains liés.

Les autres squelettes ont des traces de blessures par projectile au cou ainsi que des crânes, des mains, des genoux ou des côtes brisés.

Ressources précieuses

L'intérêt de cette découverte est que de nombreux chercheurs pensent que les premiers combats entre humains n'ont commencé que bien longtemps après les nomades de Nataruk, lorsque les hommes ont commencé à se sédentariser et à posséder des biens.

Les restes découverts sont ceux de vingt et un adultes et six enfants, la plupart de moins de six ans. Il n'y a pas d'adolescents. Ont-ils réussi à s'échapper, ou ont-ils été enlevés? On ne saura jamais.