Réservé aux abonnés

Gênes tente de se relever

Un an après la chute du pont Morandi, la zone reste sinistrée et les habitants attendent la construction d’un nouvel ouvrage.
31 juil. 2019, 00:01
/ Màj. le 31 juil. 2019 à 00:01
DATA_ART_12990970

Ce matin-là, Gênes s’était réveillée sous une pluie battante. Dans les rues de la cité qui s’étirent le long du port, la circulation était dense. Et puis, tout à coup, il y eut un grand bruit: «Comme celui d’un tremblement de terre», se souvient un témoin. En quelques secondes, le pont Morandi, qui surplombait le fleuve Polcevera et reliait les deux bouts de la ville, s’est effondré, en emportant 43 vies dans sa chute. C’était le 14 août 2018, il était 11h36.

Depuis, un an a passé. Les familles qui habitaient dans des immeubles gris au pied du pont, avenue Walter-Fillak, ont...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois