France: pour l'acte 26, l'essoufflement des "gilets jaunes" se confirme

Les organisateurs du mouvement des gilets jaunes misaient sur un regain de la mobilisation pour ce 26e acte. C'est raté. A Lyon et à Nantes, où étaient prévues des manifestations de grande ampleur, ils n'étaient pas plus de de 2500-3000.
11 mai 2019, 16:18
/ Màj. le 11 mai 2019 à 16:15
L'acte 26 de la mobilisation des "gilets jaunes" n'a pas mobilisé les foules ce samedi. (Archives)

Selon le ministère de l'Intérieur, ils étaient 18'600 personnes en France, dont 1200 à Paris, soit la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement le 17 novembre. Un décompte contesté par les "gilets jaunes" qui ont comptabilisé environ 37'500 manifestants.

Cet essoufflement du mouvement est depuis longtemps espéré par les autorités, tant la crise des "gilets jaunes" est la pire essuyée par Emmanuel Macron depuis son accession au pouvoir il y a deux ans et a coïncidé avec une baisse de sa popularité. Sa cote est cependant remontée à 32%, selon le dernier sondage en date, paru vendredi, à un peu plus d'un mois des élections européennes du 26 mai.

 

 

"On est là"

A Paris ou Toulouse, ils étaient plusieurs centaines chantant "On est là, on est là". Il y a une semaine, le ministère de l'Intérieur avait recensé moins de 19'000 manifestants dans l'Hexagone - contre plus de 40'000 pour les organisateurs - soit la plus faible participation depuis le 17 novembre.

Malgré la faible mobilisation, les manifestants ne voulaient pas croire à un déclin. "Ca va, ça vient, ça dépend des jours", assure Laurence, 57 ans, comptable à Paris.

 

 

A Paris, l'accès aux Champs-Élysées était fermé au sein d'un périmètre d'interdiction comprenant le palais présidentiel et l'Assemblée nationale, de même que le secteur de Notre-Dame. A Lyon, Lille, Dijon, Toulouse ou Orléans, les autorités avaient également mis en place des zones interdites aux manifestations.

A Strasbourg, ils étaient une soixantaine aux abords du meeting de LREM au Palais de la musique et des congrès avec sur une banderole bleu-blanc-rouge le slogan: "Vivre pas survivre, justice fiscale".