France: la tempête Eleanor a laissé place à un paysage de désolation

Alors que la tempête Eleanor a frappé la Suisse ce jeudi encore, la France a été elle aussi violemment frappée par les intempéries. Une seconde victime a été recensée dans le pays.
04 janv. 2018, 17:13
/ Màj. le 04 janv. 2018 à 19:52
La France a elle aussi été frappée de plein fouet par la tempête Eleanor.

La tempête Eleanor laisse dans son sillage des villages inondés, des skieurs bloqués dans les Alpes et des incendies en Corse. Une seconde victime a été recensée jeudi en France. Outre-Rhin, on redoute des inondations.

Le vent ne soufflait plus mais l'eau et la neige perturbaient encore jeudi une dizaine de départements français. A Crêts-en-Belledonne, en Isère, une nonagénaire est décédée d'une crise cardiaque dans sa maison inondée par une coulée de boue et d'eau. Le drame s'est produit le long d'une route où la circulation a été coupée, comme sur d'autres axes locaux en raison des précipitations et des éboulements.

En Savoie, un agriculteur a été retrouvé mort sous une coulée de neige près de son chalet d'alpage à Bonneval-sur-Arc. Un pompier volontaire est par ailleurs porté disparu entre Isère et Savoie.

 

 

Les pluies de la tempête Eleanor ont conduit Météo-France à maintenir le département de l'Isère en alerte inondation, avec les Hautes-Alpes, la Savoie et la Haute-Savoie, le Doubs, le Jura, le Territoire-de-Belfort et la Haute-Saône mais également, plus au nord, la Seine-Maritime, le Pas-de-Calais et la Somme.

Des crues étaient à craindre en Gironde, en Seine-Maritime, dans l'Eure et en Franche-Comté. "L'intensité des pluies et la fonte de la neige engendrent un risque d'inondation par des ruisseaux qui débordent, des petites coulées de boue ou de pierres", a alerté la prévisionniste Cécile Coléou.

Neige menaçante

Dans les Alpes du nord, le risque d'avalanches était fort à maximal par endroits alors que les stations sont bondées pour les vacances. Météo-France a mis en garde face aux "gros volumes" de neige qui "pourraient atteindre des routes, voire des habitations exposées".

Cette situation résulte de la conjonction de trois événements: chutes de neige abondantes et soudaines, vents très violents qui ont accumulé la neige en haute altitude et, enfin, un redoux qui a amené des pluies très importantes, ce qui a alourdi le manteau neigeux.

 

 

De nombreux domaines skiables étaient fermés ou ouverts seulement sur le bas. Mercredi, premier jour des intempéries, un skieur de 21 ans avait été tué par la chute d'un sapin sur une piste de la station haut-savoyarde de Morillon.

Brasiers en Corse

En montagne, beaucoup d'axes routiers sont coupés par l'eau, des coulées de boue ou de neige. Des villages sont isolés comme à Bouchet-Montcharvin, en Haute-Savoie, a confirmé la préfecture. En Savoie, les accès à Tignes-Val d'Isère étaient perturbés.

Côté coupures électriques, 15'000 foyers restaient privés de courant en France métropolitaine, dont 7000 en Alsace et en Franche-Comté. En Corse, 11'000 foyers ont été touchés.

 

 

Mais la Corse a surtout été frappée par des incendies, "d'une intensité exceptionnelle en plein hiver", selon la préfecture, face au cocktail de vents violents et de sols secs. Jeudi après-midi, l'incendie survenu à Sant'Andrea di Cotone, en Haute-Corse, ne progressait plus mais n'était pas pour autant maîtrisé. Il avait déjà parcouru près de mille hectares. Des pluies étaient prévues dans les prochains jours.

Un peu plus au sud, à Chiatra, où 650 hectares ont brûlé, trois personnes ont été légèrement blessées. Dix habitations ont été touchées par le feu, dont cinq détruites. Et 300 chèvres ont été tuées, a précisé la préfecture.