France: l'armée dresse des aigles pour intercepter des drones "malveillants"

Alors que les drones sont de plus en plus considérés comme des engins menaçants, l'armée française a décidé de dresser quatre aigles royaux pour intercepter ces derniers en cas de danger. Les premières évaluations des rapaces ont été jugées encourageantes, selon l'armée de l'air française.
17 nov. 2016, 18:27
/ Màj. le 17 nov. 2016 à 18:29
Ce dispositif inédit s'inspire d'une méthode utilisée depuis cette année par la police néerlandaise. (Illustration)

Quatre aigles royaux sont actuellement dressés par l'armée française pour intercepter des drones "malveillants" en zone urbaine dans le cadre de la lutte anti-drones. Depuis deux ans, les autorités jugent la menace de ces engins prégnante.

"Ces aigles sont capables de détecter à plusieurs milliers de mètres des drones et de les neutraliser", a expliqué jeudi le général de division aérienne Jean-Christophe Zimmermann, lors d'une conférence de presse à Paris.

Ce dispositif inédit, qui s'inspire d'une méthode utilisée depuis cette année par la police néerlandaise, "nous semble particulièrement adapté à l'usage en environnement urbain", a-t-il souligné.

 

 

Pour protéger le président

Par exemple, "au pied de la tribune présidentielle le 14 juillet, "il sera plus adapté de mettre des aigles" plutôt que d'utiliser des fusils contre un drone qui aurait pénétré une zone lui étant interdite, a-t-il précisé.

"Ce n'est pas tellement la retombée des plombs en elle-même (qui serait dangereuse, NDLR), c'est plutôt les retombées des débris du drone qui ne sont pas du tout maîtrisables quand on les détruit avec une arme".

Les premières évaluations des rapaces ont été jugées encourageantes, souligne-t-on au sein de l'armée de l'air. La prochaine étape sera de les équiper d'un traceur GPS et d'une caméra qui permettra de repérer et filmer le pilote contrevenant.