Chicago: une vidéo montrant un policier blanc tirer 16 fois sur un jeune noir provoque des émeutes

Une nouvelle bavure policière met toute l'Amérique sous tension. La justice de Chicago a diffusé une vidéo montrant un policier noir tirer à 16 reprises sur un jeune noir de 17 ans. Les faits se sont déroulés en octobre 2014, mais mardi, lorsque la bande a été rendue publique, des centaines de manifestants sont descendus dans la rue.
25 nov. 2015, 07:19
/ Màj. le 25 nov. 2015 à 07:24
L'un des deux policiers (à gauche) va tirer à 16 reprises sur l'adolescent (à droite).

Le chef de la police et le maire de Chicago ont lancé mardi soir un appel solennel au calme, peu avant de rendre publique une vidéo montrant un policier blanc abattant de 16 balles un adolescent noir. Des centaines de manifestants sont toutefois descendus dans la rue.

Cette vidéo risque d'exacerber les tensions raciales dans la troisième ville des Etats-Unis, après des abus policiers similaires qui ont suscité depuis 18 mois des émeutes dans d'autres agglomérations du pays.

Ces images filmées depuis une caméra fixée sur le tableau de bord d'une voiture des forces de l'ordre révèlent dans quelles conditions est mort brutalement l'an dernier, à l'âge de 17 ans, Laquan McDonald.

Marchant au milieu de la chaussée, tenant dans sa main un objet - un couteau selon les autorités -, le garçon semble ne pas obtempérer aux policiers qui veulent le contrôler, tout en ne faisant aucun geste menaçant à leur encontre. Alors que l'adolescent s'écarte vers le bord de la route, l'agent Jason Van Dyke ouvre le feu, fauchant net Laquan McDonald.

Tandis que celui-ci gît au sol, le policier continue de tirer froidement, des petits nuages de poussière trahissant les impacts des balles.

Attention, ces images peuvent heurter certaines sensibilités:

Manifestants dans la rue

Après la diffusion de cette vidéo très vite devenue virale sur internet, Chicago redoutait des débordements. Des centaines de personnes ont commencé mardi soir à se rassembler sur diverses artères de la métropole, bloquant la circulation, ont rapporté les médias américains. Quelques échauffourées ont éclaté avec les forces de l'ordre.

"Les gens ont le droit d'être en colère, les gens ont le droit de manifester, les gens ont le droit de s'exprimer, mais ils n'ont pas le droit de commettre des infractions", a prévenu Garry McCarthy, le patron des policiers de la troisième ville des Etats-Unis. Mais "nous n'aurons aucune tolérance pour des comportements criminels", a-t-il ajouté.