Afghanistan: au moins 40 morts à Kaboul dans un attentat contre un centre chiite

Un attentat jeudi à Kaboul contre un centre culturel chiite a fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. D'autres explosions ont retenti dans la ville afghane, sans faire de victimes.
28 déc. 2017, 09:13
/ Màj. le 28 déc. 2017 à 10:11
Trois attaques explosives ont frappé Kaboul ce jeudi matin. La première a fait au moins 40 morts.

Au moins 40 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans un attentat jeudi contre un centre culturel chiite à Kaboul. Cette explosion a été suivie de deux autres, de moindre importance, qui n'ont pas fait de victimes. L'attentat n'avait pas encore été revendiqué dans la matinée.

"La cible de l'attaque était le centre culturel Tabayan. Une cérémonie s'y tenait à l'occasion du 38e anniversaire de l'invasion soviétique en Afghanistan quand une explosion s'est produite", a indiqué le porte-parole adjoint du ministère de l'intérieur Nasrat Rahimi. "Nous avons quarante morts, trente blessés, et ce n'est pas le bilan final, qui peut encore monter", a-t-il poursuivi.

Le ministre délégué à la santé, Ghulam Mohammad Paikan, a fait état sur la chaîne de télévision Tolo de "35 martyrs et de 20 autres blessés", "tous des civils" tués par les "brûlures" causées par l'attentat.

Aucun groupe armé n'avait revendiqué cette attaque survenue dans l'ouest de la ville trois jours après qu'un kamikaze s'est fait exploser près d'une antenne des services de renseignement afghans à Kaboul, faisant six morts. Les talibans ont très rapidement affirmé qu'ils n'étaient pour rien dans l'attentat survenu jeudi matin.

L'attaque a aussi frappé l'agence de presse Afghan Voice Agency (La Voix de l'Afghanistan), un média situé près du lieu visé par l'attentat dans le quartier de Qalai Nazir. Des étudiants assistaient à l'intérieur de l'agence à une table ronde avec chercheurs.

Le ministère afghan de la santé avait dans un premier temps annoncé un bilan d'au moins cinq morts. Des photos postées sur la page Facebook de l'Afghan Voice Agency montrent la cour de ce média constellée de débris avec avec une demi-douzaine de corps alignés par terre, l'un d'entre eux en sang.