Les Franches préservées

03 août 2015, 08:50
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

Balayée d'un coup sec. Le Gouvernement jurassien ne veut pas entendre parler de la construction d'une nouvelle ligne à haute tension tout le long des Franches-Montagnes afin de transporter le futur courant éolien. Il rassure du coup le député vert de Saignelégier Jean-Michel Steiger, qui l'avait interpellé via une question écrite. Cette bonne nouvelle rassemble au moins sur un point les antis et les pros-éoliens: préserver au maximum le paysage franc-montagnard.

Dans sa réponse, l'exécutif précise une énième fois qu'au vu de sa stratégie énergétique 2035, l'exploitation de l'énergie éolienne sera incontournable. Mais il admet que certains problèmes doivent être maîtrisés, notamment au niveau du paysage et des nuisances sonores, ainsi que le raccordement au réseau électrique existant.

Uniquement en souterrain

Le raccordement des éoliennes au réseau jurassien de transport d'électricité? Celui-ci a ses limites, explique le Gouvernement, «du moment qu'il s'agit plus d'un réseau de distribution que de production». L'Office fédéral de l'énergie (OFEN) a été approché en 2009. Celui-ci confirme que les capacités actuelles de transport sont insuffisantes et qu'il s'agira de procéder à l'extension et au renforcement des lignes électriques existantes.

Le Département cantonal de l'environnement et de l'équipement a certes évalué la construction d'une nouvelle ligne qui traverserait les Franches-Monta- gnes tout en longueur en reliant, par exemple, les stations transformatrices de Bassecourt à La Chaux-de-Fonds. Mais il a donc écarté cette option. Il est toutefois prévu de renforcer la ligne principale existante, qui relie les sous-stations de Tramelan et celle du Noirmont.

Demeure une évidence: les futures éoliennes devront quand même être raccordées au réseau existant. «Cela suppose la construction de lignes électriques pour les relier soit à une ligne existante, soit directement à une station transformatrice. La réalisation de ces nouvelles lignes n'est envisagée qu'en souterrain», insiste le Gouvernement.

Qui ajoute que la nouvelle ligne qu'a nécessité le raccordement des trois éoliennes du Peuchapatte à la sous-station du Noirmont a été totalement enterrée. Et pour évacuer le courant des deux éoliennes de Saint-Brais, la ligne reliant Saint-Brais à Montfaucon (qui n'est pas une ligne à haute tension) a elle été renforcée et une bonne partie enterrée également.

Vraiment un luxe?