Le petit train rouge suit sa route jusqu'au cinéma

Après le succès rencontré par l'émission «Passe-moi les jumelles» dédiée aux pérégrinations des Chemins de fer du Jura (CJ) et aux aventures d'Olivier Luder, le réalisateur Claude Schauli tenait à faire une version longue. Le film «Les quatre saisons du petit train rouge» sera bientôt projeté dans les cinémas de la région et à la TSR. Des discussions avec TV5 sont en cours.
27 oct. 2010, 12:32
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

Un petit train rouge qui sillonne la région, saison après saison, pour faire voyager des générations à travers la campagne. Un trait d'union entre les Franches-Montagnes, le Jura bernois et La Chaux-de-Fonds avec, tout au long du chemin, des personnages qui le font vivre. Voilà le scénario du film «Les quatre saisons du petit train rouge», réalisé par Claude Schauli. Pour donner un sens à ce documentaire de deux fois une heure, le réalisateur a trouvé un fil rouge charismatique en la personne d'Olivier Luder, cheminot de Saignelégier. Ses aventures sont à découvrir dès le 10 novembre dans les cinémas de la région (à commencer par les Breuleux). Elles seront aussi diffusées aux heures de grande audience sur TSR 1, le 24 décembre (20h10) et le 31 décembre (20h10).

«Chez nous, on n'aime pas les simagrées. Les gens vont aimer ce film parce qu'il est simple, authentique. C'est notre vie de tous les jours.» Intarissable sur l'histoire de la région, sourire et moustache en arbalète, Olivier Luder conduit les CJ depuis 30 ans. Il a accepté de prêter son regard à Claude Schauli pour raconter la vie d'une terre préservée, où «les gens forment une seule famille tout au long de la ligne».

La rencontre, les gens d'ici, c'est justement cet aspect qu'a voulu montrer le réalisateur. «Dans l'émission de «Passe-moi les jumelles» diffusée en 2008, le spectateur pouvait surtout s'imprégner des paysages de la région. Mais dans ce film, on raconte les histoires des gens, sans être caricatural. On n'a pas fait de mise en scène lors du tournage. Tout est vrai.» Entre automne et hiver, le premier épisode nous emmène aux champignons avec Alexis Jeanbourquin («Quin-quin»), il s'arrête au village de tipis du Creux-des-Biches, avant d'être attaqué par des cow-boys. Avec l'arrivée de la neige, des séquences en raquettes ou avec des chiens de traîneau offrent des clichés suspendus dans le temps. Une visite chez le sculpteur de la gare de l'Est, à La Chaux-de-Fonds, ou auprès des «baitchaiteurs», dans les Franches-Montagnes, entraîne le public dans des mondes parallèles.

Dans le second épisode, les aventures se déroulent au printemps, avec l'arrivée des fleurs, des petits poulains, mais aussi à l'EMS de Saignelégier ou chez les bourdonnantes abeilles de Pierre Froidevaux, du Noirmont. Cette quête du patrimoine se termine au Marché-Concours. /DWI

«Les quatre saisons du petit train rouge», cinéma Lux des Breuleux, les 10-11 novembre (20h), 12 novembre (20h30), 13 novembre (16h et 20h30) et 14 novembre (16h et 20h). Puis au Cinématographe de Tramelan, 13 novembre (18h) et 16 novembre (20h); au Royal à Tavannes, 21 et 23 novembre (20h); au cinéma La Grange à Delémont, 17 novembre (18h), 18 novembre (20h30) et 21 novembre (14h30); enfin, au Cinélucarne du Noirmont, du 22 au 24 novembre (heure à préciser)