Jura: inquiétudes sur le sort des lièvres bruns

Le canton du Jura s’engage en faveur du lièvre brun, une espèce dont les effectifs restent bien insuffisants malgré la mise en œuvre d’un plan de sauvetage en 2013. Il invite les exploitants agricoles à agir en faveur de la biodiversité.
21 août 2019, 12:28
/ Màj. le 21 août 2019 à 12:19
Malgré un plan de sauvetage amorcé en 2013, les effectifs des lièvres bruns restent inquiétants.

Depuis 2010, la chasse de cet animal est interdite sur l’ensemble du territoire. La baisse des effectifs du lièvre brun s’est amorcée dès les années 1980 pour s’accentuer durant les années 2000. Une évolution positive semble toutefois se dessiner depuis ce printemps.

En moyenne cantonale, les effectifs du lièvre atteignent aujourd’hui 1,7 individu au kilomètre carré alors que la population avait chuté à 1,1 en 2014. Ce bilan se révèle cependant bien inférieur à l’objectif de 4 lièvres au kilomètre carré, a souligné mercredi le canton du Jura.

Pas moins de deux lapins au km2

Pour les spécialistes, un seuil en dessous de deux individus au kilomètre carré compromet la survie même de l’espèce. Ces constats ont conduit le groupe de travail à cibler sa stratégie et à s’inspirer des succès obtenus à Bâle-campagne dans le cadre du projet «Hopp Hase».

Les adaptations du plan d’actions jurassien concernent les mesures de revitalisation de l’habitat et de protection des levrauts. Deux types de surfaces agricoles seront particulièrement promus: les jachères florales et les parcelles de céréales semées de manière moins dense.

Ces deux habitats offrent un couvert végétal aux levrauts à l’abri des prédateurs et des interventions mécaniques. En collaboration avec AgriJura, les exploitants agricoles seront directement contactés et incités à mettre en place de telles surfaces.