Réservé aux abonnés

Gilles Pierre: le boss du Chant du Gros ne se met pas en scène

Patron du festival Le Chant du Gros, au Noirmont, Gilles Pierre vit loin des strass et des paillettes, alors qu’il côtoie les plus grands artistes. Une maladie contractée en Thaïlande, qui a failli lui coûter la vie, et la perte de l’un de ses potes l’ont «remis en place».
03 sept. 2019, 12:24 / Màj. le 03 sept. 2019 à 10:21
Gilles Pierre, boss du Chant du Gros: un parcours de vie qui le pousse à l'humilité.

Jamais, il ne «vendra» son festival à une machine à faire du fric. Comprenez, une de ces multinationales «qui pensent pognon avant de penser scène et artistes». Gilles Pierre, fondateur et programmateur du Chant du Gros, au Noirmont, reste un électron libre, comme son bébé qu’il n’est pas près de refiler. La niaque, il l’a toujours, après 29 éditions qui ont mené son festival à devenir le second plus important de Suisse romande, en termes d’affluence, juste derriè...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an