oubli mot de passe
login Inscription | Abonnement
24.01.2013, 14:15 - Canton de Neuchâtel
Actualisé le 24.01.13, 14:53

Une vidéo spéciale pour dire adieu au pôle "Survie des plantes"

Vue d'un des laboratoires du pôle de recherche national. CHRISTIAN GALLEY

Le pôle de recherche national Survie des plantes boucle après 12 ans de travaux.

Le pôle de recherche national (PRN) "Survie des plantes" arrive au terme de son mandat ce printemps. La coordination de ce programme, doté d'un financement total de 74 millions de francs sur douze ans, est assurée par l'Université de Neuchâtel.

Quelque 170 scientifiques ont participé au réseau de recherche. Le PRN "Survie des plantes" aura pu compter sur l'appui d'équipes des universités de Fribourg, de Berne, de Lausanne, de Genève et de Zurich, des deux écoles polytechniques ainsi que des stations fédérales de recherche. Au total, près de 200 doctorants ont trouvé matière à investiguer et près d'un millier d'articles ont été publiés.

Les thèmes traités portent sur des sujets aussi différents que le renforcement des défenses naturelles des cultures, le contrôle de plantes invasives, l'étude des mécanismes de pollinisation ou une meilleure compréhension de la façon dont les végétaux accèdent à leur nourriture, a expliqué lundi l'Université de Neuchâtel.

Contact avec l'industrie

Le progrès réalisé par la création du PRN Survie des plantes a été de rapprocher les chercheurs. "Il existait un grand fossé dans les années 1990. On ne se connaissait pas; nous n'avions pas de langage commun" , témoigne Jean-Marc Neuhaus, vice-directeur du PRN. Réunir les connaissances des uns et des autres a permis au cours des douze dernières années d'aller au coeur des impératifs des organismes vivants: se reproduire, se défendre et se nourrir.

Les résultats obtenus par le PRN ont permis des contacts avec l'industrie et le transfert de technologie. Quatre partenariats public-privé ont été signés, générant des subsides externes de cinq millions de francs. Ils abordaient des thèmes concernant les moyens naturels de contrôle de ravageurs du maïs et de la vigne ainsi que des stratégies de lutte contre les mauvaises herbes.

Le dynamisme engendré par le PRN Survie des plantes ne restera pas sans suite. Un centre d'excellence en écologie chimique devrait lui succéder, a annoncé l'Université de Neuchâtel. Ce champ d'études s'intéressera au rôle des substances chimiques dans les interactions entre les organismes. Soit la première forme de communication du monde vivant. Pour marquer la fin du PRN, un congrès intitulé: sexe, violence et lumière se tiendra les 23 et 24 janvier à l'aula des Jeunes-Rives, à Neuchâtel. 

Par Rédaction



0 commentaire
Publier un commentaire

Veuillez vous identifier pour poster un commentaire sur le site

Adresse e-mail
Mot de passe

Oublié votre mot de passe ?      Créer un compte web free









Sondages

Réseaux sociaux

iphone

ipad

Cinéma

Annuaire de liens

Agenda