L'UBS en passe d'échapper à la justice américaine

Les parties au conflit touchant l'UBS aux Etats-Unis ont trouvé un accord de principe pour éviter que la grande banque ne passe devant la justice. Les autorités américaines et la Suisse doivent encore régler des éléments de détail la semaine prochaine.
02 août 2015, 18:46
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

La percée survenue aujourd'hui dans l'imbroglio juridico-fiscal liée à l'affaire d'évasion fiscale impliquant l'UBS aux Etats-Unis était espérée, mais de loin pas acquise après une première conférence téléphonique mercredi. Cette fois, la grande banque paraît bien partie pour échapper au procès civil devant le Tribunal fédéral de  Miami.

Aujourd'hui donc, le juge Alan Gold a pu constater une avancée significative après 48 heures de nouvelles discussions. Du coup, il a décalé au lundi 10 août l'ouverture d'un éventuel procès, soit le deuxième report, si par malheur les parties ne parvenaient à boucler l'entente déjà arrêtée dans les grandes lignes.

Alan Gold convoquera encore les parties pour une conférence téléphonique vendredi prochain, histoire de vérifier leurs bonnes dispositions. Entre-temps, le juge va continuer les auditions afin de garder la maîtrise du dossier.

Le rendez-vous téléphonique de vendredi a duré quelques minutes  durant lesquelles chacun a exposé son point de vue. «Les parties ont  trouvé un accord sur des points essentiels», a ainsi déclaré Stuart  Gibson, représentant du fisc américain.

Stuart Gibson a ensuite demandé au juge le report de l'ouverture  du procès et la fixation d'une nouvelle conférence téléphonique, ce  que le juge a accepté. Il a laissé entrevoir que les points encore à  discuter déboucheront sur un accord définitif.

A la Bourse suisse, l'action UBS a évidemment réagi en vive  hausse à l'annonce de cette percée qui laisse espérer un dénouement  de l'imbroglio juridico-fiscal dans lequel la banque est empêtrée.  Vers 15h40, elle grimpait de 5% pour s'échanger à 15,75 francs, dans  un marché (SMI) en progression de 0,45%.