Réservé aux abonnés

La nuit des pensées «lièvres»

Lydie Salvayre coprésidait le Salon du livre de Genève avec Eric Fottorino. Elle nous parle avec sa modestie et sa franchise habituelles de son dernier livre, «Marcher jusqu’au soir».
18 mai 2019, 00:01 / Màj. le 18 mai 2019 à 00:01
DATA_ART_12852631

L’écriture est vive, le ton drôle, comme souvent chez Lydie Salvayre. La narratrice parle avec Alina, qui souhaite la convaincre de passer une nuit au musée. «Non, je lui ai dit non merci, je n’aime pas les musées, trop de beautés concentrées au même endroit, trop de génie, trop de grâce, trop d’esprit…, trop de seins, trop de culs, trop de choses admirables.» Après réflexion, elle se ravise, entre dans le musée, et se concentre sur «L’homme qui marche» de Gia...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois