Coronavirus: un tiers des effets indésirables du vaccin sont jugés graves

Dans les cas considérés comme graves, l’âge moyen était de 56,1 ans. Au total, 6021 déclarations (68,8%) concernaient le vaccin de Moderna.
15 oct. 2021, 15:28
/ Màj. le 15 oct. 2021 à 17:01
La majorité des déclarations concernaient des femmes, certains cas ne mentionnaient pas le sexe de la personne. (illustration)

Un tiers des effets indésirables (2978, soit 34%), liés à la vaccination contre le Covid-19, est jugé grave. Mais pour la majorité des cas (5799, soit 66%), ceux-ci se sont révélés inoffensifs.

A la mi-octobre, 8757 déclarations d’effets indésirables présumés, pour lesquels un lien temporel avec la vaccination a été constaté, ont été évaluées, a indiqué vendredi Swissmedic dans un communiqué.

Un peu plus de la moitié des déclarations ont été effectués par des professionnels de la santé et 4206 (48%) provenaient directement de personnes concernées ou de patients.

Cas graves : moyenne d’âge 56 ans

Les personnes concernées étaient âgées en moyenne de 53,3 ans, et parmi elles, 14,7% avaient 75 ans ou plus. Dans les cas considérés comme graves, l’âge moyen était de 56,1 ans et dans les déclarations faisant état de décès concomitants à la vaccination, la moyenne s’établissait à 79,8 ans.



Dans 150 de ces cas graves, on déplore le décès de la personne vaccinée après un laps de temps plus ou moins long. Malgré la concordance temporelle, rien n’indique concrètement que le vaccin est à l’origine du décès.

La majorité des déclarations concernaient des femmes, certains cas ne mentionnaient pas le sexe de la personne.

Au total, 6021 déclarations (68,8%) concernaient le vaccin contre le Covid-19 de Moderna, ce qui ne surprend pas puisque c’est le plus utilisé en Suisse, soit environ 66% des doses de vaccin administrées. Il est suivi par Pfizer/BioNTech, qui représente environ 34% des doses administrées: 2578 (29,4%). Dans 158 déclarations (1,8%), le vaccin qui avait été administré n’était pas précisé.