Coronavirus: pour l'OMS, les saisons n’ont pas d’impact sur le développement de la pandémie

L’OMS a lancé mardi une mise en garde contre la «croyance» selon laquelle on risque moins de s’infecter par le coronavirus en été. L’organisation redoute néanmoins les conséquences du retour de la grippe saisonnière.
28 juil. 2020, 13:57
/ Màj. le 28 juil. 2020 à 13:57
L'OMS a rappelé qu'il s'agit d'un nouveau virus. (Illustration)

Les saisons ne semblent pas avoir d’impact sur le développement de la pandémie de coronavirus, a indiqué mardi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Elle a mis en garde contre l’illusion d’être protégé en été.

«La saison ne semble pas avoir de répercussion sur la transmission du virus», qui a fait plus de 650’000 morts dans le monde et plus de 16 millions de cas, a déclaré une porte-parole de l’organisation, Margaret Harris, lors d’un briefing virtuel.

La saison ne semble pas avoir de répercussion sur la transmission du virus.
Margaret Harris, une porte-parole de l’OMS

Elle en veut pour preuve que parmi les pays les plus touchés du monde, l’un, les Etats-Unis, est en été, et l’autre, le Brésil, traverse l’hiver.

«Il semble qu’il y a une idée persistante selon laquelle le virus est saisonnier (…) mais nous devons tous avoir en tête que c’est un nouveau virus, et même s’il s’agit d’un virus respiratoire, qui sont historiquement saisonniers, celui-ci se comporte de façon différente», a-t-elle insisté.

Evoquant la «croyance» selon laquelle le risque d’infection est moindre en été, elle a répété: «l’été est un problème. Ce virus aime toutes les saisons».

Nous encourageons chacun à se faire vacciner contre la grippe.
Margaret Harris, une porte-parole de l’OMS

Elle a cependant reconnu que la conjonction du virus de la grippe – qui lui est saisonnier et frappe l’hiver – et du nouveau coronavirus était un sujet d’inquiétude et risquait d’augmenter la pression sur les systèmes de santé.

«Donc nous encourageons chacun à se faire vacciner contre la grippe», a-t-elle conseillé.