Coronavirus: comment les touristes suisses peuvent se rendre en Italie

L’Italie a mis fin à la mini-quarantaine pour les touristes européens. Dès ce dimanche, les Suisses qui se rendront dans la péninsule devront présenter un test PCR ou antigénique rapide négatif réalisé dans les 48 dernières heures et en faire un second à leur arrivée. En attendant l’entrée en vigueur du «pass sanitaire» italien.
14 mai 2021, 15:09
/ Màj. le 14 sept. 2021 à 12:56
L'Italie compte sur les touristes étrangers pour relancer son économie.

Si vous partez en Italie dès ce dimanche 16 mai, vous n’aurez plus besoin de vous mettre en quarantaine cinq jours lors de votre arrivée. L’Italie a annoncé vendredi la fin de la mesure imposée jusqu’ici aux voyageurs européens, dans le but affiché de relancer son secteur touristique, a indiqué son ministère dans un communiqué.

En cas de départ dans la péninsule, vous devrez, selon le Corriere della Sera:

  • Réaliser un test PCR ou antigénique rapide négatif en Suisse dans les 48 heures avant votre arrivée.
  • Puis refaire un nouveau test une fois arrivé en Italie.

Une fois le passeport sanitaire italien déployé – son arrivée est prévue dans la deuxième moitié du mois de mai, avant le «green pass» européen – vous pourrez vous déplacer librement: si vous présentez l’une de ces trois conditions:

  • si vous avez été reçu les deux doses d’un vaccin contre le coronavirus,
  • ou si vous avez guéri du coronavirus dans les 6 derniers mois,
  • ou encore si vous présentez un test PCR ou antigénique rapide négatif qui date des 48 dernières heures.

On ne sait pas encore comment les documents suisses seront rendus équivalent à ceux italiens, explique la RSI.

Texte ici

par Andy Maître