Réservé aux abonnés

Le Val-de-Travers, une terre à laquelle on s’attache

Pour le musicien Marc Pantillon, les meilleurs ambassadeurs du Val-de-Travers sont sa nature et ses fiers habitants. Les forêts et l’Areuse en sont les traits d’union.
21 mai 2020, 13:47 / Màj. le 28 mai 2020 à 17:09
Marc Pantillon, à Couvet, le 19 mai 2020.

«Au Val-de-Travers, il y a un esprit plus chaux-de-fonnier que neuchâtelois. Il y a un côté fier de sa région. Beaucoup de jeunes ici, lorsqu’ils cherchent un travail, veulent le trouver au Val-de-Travers, alors qu’ils pourraient faire carrière ailleurs. Il y a vraiment un attachement particulier.» 

A lire aussi: Les communes neuchâteloises comme vous ne les avez jamais vues

Pour le pianiste Marc Pantillon, le Val-de-Travers ne se résume pas au Creux-du-Van ou à l’absinthe – «c’...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois