Réservé aux abonnés

Un an après la disparition du lac des Brenets, le Doubs a retrouvé son débit. Mais pour combien de temps?

En novembre 2018, la cote d’altitude du Doubs était au plus bas. Un an après, le contraste est saisissant: grâce à un bon débit d’eau, les compagnies de navigation se sont relevées. Mais si personne n’agit, les sécheresses se multiplieront.
14 nov. 2019, 17:26 / Màj. le 14 nov. 2019 à 17:26
Une année sépare ces deux photos: le contraste est impressionnant.

C’était en automne, il y a une année. Le lac des Brenets était à sec. La cote du Doubs s’affichait au plus bas. Mesurée le 23 novembre, elle se situait à une altitude de 736 mètres, soit 14 mètres en dessous du niveau d’eau normal. «C’était du jamais vu. Nos bateaux étaient à l’arrêt forcé depuis le 15 septembre», se souvient Yvan Durig, directeur de la Compagnie de navigation sur le lac des Brenets. «Cette sécheresse a été...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois