La Ville de Bienne tient à réduire le trafic devant la gare

Le Conseil municipal a annoncé ce vendredi qu’il fera recours contre la décision de la préfecture d’annuler les mesures de réduction du trafic devant la gare.
22 oct. 2021, 12:47
/ Màj. le 22 oct. 2021 à 13:06
Le projet de la Ville de Bienne envisage d'interdire le passage du trafic motorisé individuel par la Place de la gare.

Le Conseil municipal de Bienne n’accepte pas la décision de la préfecture d’annuler les mesures pour réduire le trafic devant la gare. Il a annoncé vendredi 22 octobre faire appel de cette décision auprès du Tribunal administratif du canton de Berne.

Le projet de la Ville de Bienne envisage d’interdire le passage du trafic motorisé individuel par la place de la Gare. Avec cette mesure, qui prévoit également la suppression de huit places de stationnement, le Conseil municipal entend lutter contre le trafic de transit et créer plus d’espace pour les piétons et les cyclistes.

Mais le mois dernier, la préfecture de l’arrondissement de Bienne a admis les recours contre ce projet et annoncé qu’il était annulé. La préfète suppléante a estimé que l’examen de la proportionnalité nécessaire pour une telle mesure de circulation n’est pas possible, la ville n’ayant pas suffisamment clarifié les faits.

Le Conseil municipal regrette la décision de la préfecture qui fait perdurer la surcharge des rues du quartier de la gare, engendrée de «manière importante par du trafic parasitaire». Il estime injustifié le reproche qui lui est fait d’avoir insuffisamment clarifié les faits.

Trafic concentré

Le quartier de la gare est souvent engorgé. Il est utilisé comme axe de transit par les automobilistes pour passer d’une extrémité de la ville à l’autre. Il constitue également le point névralgique pour les transports publics. La place de la Gare est traversée quotidiennement par plus de 6000 véhicules.

Cette concentration du trafic provoque des inconvénients pour tous les usagers. Les automobilistes sont pris dans les embouteillages, les chauffeurs de bus des transports publics ne peuvent plus respecter les horaires. En 2015, les Biennois avaient refusé un projet de réaménagement qui aurait totalement banni les voitures.


par ATS Rédaction