04.02.2017, 00:01  

Sans enchanter, le NUC assure l’essentiel en terres bernoises

Abonnés
chargement
Elizabeth Campbell (de face) a souvent fait «exploser» le mur de Köniz composé ici d’Ana Correa (à gauche)  et Monika Salkute.

VOLLEYBALL - Avant la venue de VFM demain, les Neuchâteloises s’imposent 3-1 à Köniz.

Dans la banlieue bernoise, le NUC n’a sans doute pas offert sa prestation la plus accomplie de la saison sur le plan technique. Mais au niveau du mental et de la détermination, il a été remarquable. Les trois points engrangés (victoire 3-1) face à une équipe de Köniz autrement plus compétitive qu’en début de saison, font du bien...

Dans la banlieue bernoise, le NUC n’a sans doute pas offert sa prestation la plus accomplie de la saison sur le plan technique. Mais au niveau du mental et de la détermination, il a été remarquable. Les trois points engrangés (victoire 3-1) face à une équipe de Köniz autrement plus compétitive qu’en début de saison, font du bien tant au moral qu’au classement, où les pensionnaires de la Riveraine restent accrochées à leur troisième place.

Il a fallu cravacher sec à la Sporthalle Weissenstein pour signer la troisième victoire en autant de parties contre Köniz. «Je n’aurais jamais cru que nous pourrions repartir avec trois points alors que nous étions menées 18-11 dans la troisième manche», affirme, avec son franc-parler coutumier, Mandy Wigger, désignée meilleure joueuse du NUC.

Mais voilà, «lorsque nous sommes parvenus à stabiliser la réception – ce qui est toujours très difficile dans cette salle – et à prendre plus de risques au service, nous avons contrôlé le match», ajoute Silvan Zindel. C’est vrai, même s’il a fallu trois sets et demi pour atteindre cet objectif. «Ce n’est pas plus mal. Il faut aussi savoir s’imposer dans la difficulté», reprend le coach.

Première titularisation

Il a, par ailleurs, décidé d’innover au sein de son six de base. Ségolène Girard a ainsi été titularisée pour la première fois de la saison, au détriment de Carole Trœsch. Logiquement, après sa longue absence pour blessure, elle n’a pas retrouvé le sommet de son art, surtout en attaque. «Je ne l’ai pas alignée, pour faire tourner l’effectif en pensant à notre série de cinq matches en dix jours», assure pourtant le Saint-Gallois. «Simplement, elle m’a convaincu à l’entraînement et elle entre désormais pleinement en lice pour revendiquer une place de titulaire.»

Si le seul set remporté facilement, le quatrième, a coïncidé avec le retour de Carole Trœsch, il ne faut pas tirer de conclusions hâtives. Köniz, après avoir galvaudé la troisième manche qui lui semblait promise, a clairement accusé le coup.

Mandy Wigger n’est pas dupe. «Nous ne parvenons pas à produire un haut niveau de jeu pendant toute la rencontre. Nous l’avons payé face à Guin. Heureusement, ce soir nous avons fait preuve d’une belle solidité mentale.»

«Il faut mettre les gaz!»

C’est sûr que le calendrier surchargé n’aide pas vraiment à trouver de la stabilité. «Il ne faut pas se mentir: c’est dur de disputer autant de matches, surtout quand il faut multiplier les déplacements. C’est encore plus difficile pour les Suissesses qui travaillent ou étudient à côté.» La Jurassienne bernoise n’égare toutefois pas sa positive attitude: «Au fond, c’est pour disputer des matches de haut niveau qu’on pratique ce sport, alors il n’y a pas trop lieu de se plaindre.»

La prochaine représentation émarge à la catégorie des classiques: demain VFM rend visite au NUC (17h30 à la Riveraine) pour le troisième derby de l’Arc jurassien de la saison. Les Franc-Montagnardes ont remporté les deux premiers sur le score de 3-2. «C’est sûr que si on joue comme ce soir, on n’arrivera pas à gagner», estime Mandy Wigger. «Maintenant, il faut mettre les gaz!»

Comme de coutume, l’approche de Silvan Zindel est plus analytique. «Il est impossible de comparer Köniz à VFM. Il s’agira d’une rencontre très différente, où il sera capital de limiter les options offensives des Jurassiennes. Quant à nous, il faudra être aussi efficace en attaque que ce soir.» Avec notamment une Elizabeth Campbell des grands soirs (26 points). «Une chose est sûre: nous voulons battre VFM et nous avons les moyens d’y parvenir», conclut le coach.

Köniz - NUC 1-3 (25-22 23-25 22-25 14-25)

Sporthalle Weissenstein: 250 spectateurs.

Arbitres: M. Huguet et Mme Fay.

Köniz: Salkute (18), Correa (5), Schauss (11), Guncheva (4), Vergé-Depré (10), Schaus (12); Belotti (libero); Hronova (libero); Ackermann (0), Marolf (0), Staffelbach (1)

NUC: Halter (8), Reesor (17), Wigger (10), Bugg (8), Campbell (26), Girard (3): Dalliard (libero); Chrtianska (0), Troesch (4), Bulliard (0), Petitat (0).

Notes: Les deux équipes au complet. Salkute et Campbell portent le maillot de top-scorer. Avertissement à Wigger sur le score de 6-7 en deuxième manche. Monika Salkute et Mandy Wigger désignées meilleure joueuse de chaque équipe. Durée du match: 1h37 (26’ 26’ 24’ 21’).


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top