11.02.2017, 00:01  

«Amriswil n’est pas du tout injouable»

Abonnés
chargement
Colombier misera notamment sur la force de frappe de Joël Bruschweiler (ici contre Einsiedeln) pour créer l’exploit contre Amriswil.

 11.02.2017, 00:01   «Amriswil n’est pas du tout injouable»

VOLLEYBALL - Colombier défendra ses chances à fond face au leader de LNA demain en demi-finale de la Coupe.

L’entraînement et la volonté permettent de gravir des montagnes toujours plus hautes, d’un pas toujours plus décidé. Jusqu’à quelle altitude limite? C’est toute la question que se pose le VBC Colombier à la veille de recevoir Amriswil (demain à 17h aux Mûriers) en demi-finale de la Coupe de Suisse.

Les Colombinois ont certes déjà sorti une équipe de l’élite cette...

L’entraînement et la volonté permettent de gravir des montagnes toujours plus hautes, d’un pas toujours plus décidé. Jusqu’à quelle altitude limite? C’est toute la question que se pose le VBC Colombier à la veille de recevoir Amriswil (demain à 17h aux Mûriers) en demi-finale de la Coupe de Suisse.

Les Colombinois ont certes déjà sorti une équipe de l’élite cette saison, en huitièmes de finale. Mais il s’agissait d’Einsiedeln, lanterne rouge du classement avec zéro point (ils en ont marqué un depuis) et sportivement assez proche d’un candidat à la promotion. Or avec Amriswil, qui possède six étrangers et trois internationaux suisses dans ses rangs, Colombier a cette fois hérité du phare avant du train, en version TGV plutôt que rame du Littorail.

Adversaire européen

Leader de LNA avec 14 victoires en 16 matches (41 points), l’équipe thurgovienne est ce qui se fait de mieux dans le volleyball helvétique actuel. Éliminés lors du troisième tour de la Ligue des champions par la formation italienne de Perugia, les champions de Suisse en titre sont toujours en lice en Coupe d’Europe. Battus 3-1 en Corse par Ajaccio lors du match aller des quarts de finale de la CEV Cup, ils tenteront de renverser la vapeur mercredi prochain devant leur public. Tout ça pour dire que c’est du lourd, du très lourd. Du trop lourd?

Des failles à exploiter

«C’est une belle équipe, qui nous est bien évidemment largement supérieure sur le papier. Mais elle n’est pas du tout injouable», assure Joël Bruschweiler, revenu dans son club formateur en été 2015 après six années de professionnalisme au Qatar, en Allemagne et à Lugano. «Même s’ils ont souvent fini par gagner leurs matches, les Thurgoviens ont connu pas mal de problèmes contre beaucoup d’équipes cette saison. Il y a quelques failles, dans lesquelles nous allons essayer de nous engouffrer!»

Double champion de Suisse avec le LUC (2008) et Lugano (2014), le Neuchâtelois connaît la musique du haut niveau. «Je sais d’expérience que la Coupe d’Europe peut occasionner beaucoup de fatigue, nous pourrions peut-être en profiter», relance Joël Bruschweiler. «Je pense qu’Amriswil va quand même se méfier un peu de nous. Dans notre petite salle, devant un public surchauffé et face à une équipe extrêmement motivée comme la nôtre, cela peut être un match piège pour eux. C’est ce que m’a laissé entendre leur ‘scout’Marco Bär, qui joue en première ligue à Kreuzlingen et que nous avons éliminé en demi-finale.» Le monde du volley suisse est décidément petit.

Le temps filant comme l’eau sous les ponts, l’ancien capitaine de l’équipe de Suisse n’a plus tellement de potes à Amriswil. «Je connais encore Jérôme Fellay (aile) et Sébastien Steigmeier (diagonale), les deux Romands de l’équipe, qui sont aussi des leaders en équipe nationale, ainsi que le libero français Daniel Clément, avec qui j’ai joué au LUC et qui est vraiment un très bon défenseur», souffle le canonnier des Mûriers. «Je sais aussi que le passeur canadien (Joshua Howatson) est vraiment très fort.»

Les atouts de Colombier

Mais Colombier, deuxième du tour de promotion de LNB derrière Uni Berne, ne manque pas d’arguments non plus. «Notre libero Nicolas Patrouilleau, notre central Rémy Jeanrobert et notre passeur Christophe Egger ont joué ont LNA et ont également une certaine habitude de ces gros matches», glisse Joël Bruschweiler. «Thomas Zannin (diagonale) revient également en grande forme, Manuel Boss (aile) est très stable en attaque comme en réception, et je peux moi-même encore monter en puissance. Tous les joueurs ont élevé leur niveau de jeu grâce au retour en Ligue B et à l’excellent travail de l’entraîneur Luiz Souza.»

C’est clair, Colombier entend mener la vie dure au leader de LNA. «J’aimerais que nous puissions bousculer les Thurgoviens, pour voir comment ils réagissent. En volley, quand une équipe est déstabilisée, cela peut changer beaucoup de choses», souffle l’attaquant colombinois. «Amriswil a 80% de chances de l’emporter, mais les 20% qui restent nous laissent un peu de place pour rêver. S’il y a quelque chose à prendre dans la victoire de Roger Federer à l’Open d’Australie, c’est qu’il ne faut pas jouer l’adversaire, mais la balle. Et juste essayer de montrer ce que l’on sait faire avec...»

Place au jeu!


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top