14.05.2012, 00:01  

Cuche en jeune retraité bosseur

chargement
Derrière: Didier Cuche (ski alpin), Tania Besancet (snowboard), Gilles Jaquet (snowboard), Emilie Aubry (snowboard). Devant: Jean-Michel Schaer (président du Giron), Jules Cuenot (biathlon) et Gaspard Cuenot (biathlon). Dans une De Dion Bouton 1920 de la collection privée d'anciennes voitures d'Antonio Buschini, à Fleurier, lors de l'apéritif des sponsors en marge de la Fête du ski. 
CHRISTIAN GALLEY
Par PATRICK TURUVANI

GIRON JURASSIEN - Fête du ski et assemblée générale tranquille samedi à Couvet.

Didier Cuche n'est pas complètement un retraité du ski. Son statut d'ancien athlète lui impose certaines obligations avant de tourner la page. Ses vacances au chaud - "Pour me reposer, surtout débrancher du téléphone et de l'ordinateur, et puis taper quelques balles de golf pour ne pas faire que de la 'playa' et de la bronzette" - n'étaient que le prélude d'un nouveau retour au boulot. Mais différent. "J'étais vendredi à la soirée de fin de saison de Swiss-Ski. Samedi matin, les autres sont allés toucher leurs habits pour l'entraînement d'été. Et moi, je suis tranquillement rentré à la maison" , sourit le Neuchâtelois.

Pour la première fois depuis plus de quinze ans, l'éprouvante condition physique est remplacée par un nouveau travail de planification et de coordination entre les différents partenaires qui l'accompagneront durant son après-carrière. "Je ferai sans doute encore deux ou trois séances par semaine chez Florian Lorimier, surtout pour le dos mais aussi pour la tête" , souffle le Vaudrzuzien. "Pour être bien, j'ai besoin de me dépenser et de me sentir tonique au niveau de toute la musculature."

Chez Head et habillé en Lasse Kjus

Déjà sous contrat avec Corum, Ovomaltine et Audi, Didier Cuche a signé début mai un accord pour représenter la marque d'habits de l'ancien skieur norvégien Lasse Kjus. Et avec Head, les discussions sont à bout touchant. "On peut considérer que c'est fait" , souffle-t-il. Le skieur des Bugnenets ne sera pas un simple un ambassadeur de la marque autrichienne. Son job se prolongera sur le terrain. "Je peux apporter quelque chose aux athlètes qui ont moins d'expérience au niveau de la combinaison skis-chaussures-fixations, pour leur permettre d'avancer plus vite. C'est là que je peux intervenir le plus directement. Avec l'équipe qu'il y a, qui est juste énorme (réd: Vonn, Riesch, Mancuso, Fenninger chez les dames, Svindal, Miller, Ligety, Feuz chez les hommes, notamment), Head n'a pas besoin de moi pour simplement véhiculer l'image et le nom de la marque."

Coup de main à Beat Feuz

Le Neuchâtelois pourrait ainsi donner un coup de main à Beat Feuz, qui vient de rejoindre Head. Opéré du genou gauche en mars, le Bernois ne pourra probablement pas rechausser les skis avant le mois d'août. "Avec lui, il faudra trouver un moyen de raccourcir le chemin pour lui permettre d'être rapidement à l'aise avec les réglages et son nouveau matériel. Mais il a une telle faculté d'adaptation et une telle aisance que ça ne posera pas de problème." Didier Cuche ne sait pas s'il accompagnera Beat Feuz quelques jours lors du stage en Amérique du Sud. Mais c'est une piste à suivre. Lui est partant. "Ce serait un moyen sympa pour moi de garder un pied dans le sport d'élite."

Enfin, l'homme aux six globes de cristal bosse sur la fête qui sera donnée en son honneur le 23 juin à Dombresson, ainsi que sur "un autre événement plus officiel pour remercier mes partenaires, ceux de Swiss-Ski et tout le monde qui m'a aidé à faire ce bout de chemin".

Deux mois, c'est peu. Mais c'est déjà un petit recul. "Je n'ai pas laissé mon esprit vagabonder sur le sujet, mais je crois que je peux me permettre d'être fier de ce que j'ai atteint" , conclut un Didier Cuche toujours prompt à relativiser. "Même si le ski a été important pour moi, c'est peu de chose sur l'échelle sportive du monde, et sur l'échelle du monde tout court."

Le Giron s'est refait une santé

Le Giron jurassien a tenu une assemblée générale tranquille samedi à Couvet. Les représentants des 18 clubs présents (sur 35) ont accepté de siéger malgré un ordre du jour reçu en dehors des délais légaux. Les absents ont 30 jours pour faire recours.

Sous la direction du président Jean-Michel Schaer, l'association s'est refait une santé financière. Le bilan est équilibré à hauteur de 20 208 francs. Les comptes présentent 165 321 francs de recettes et 150 542 francs de charges, pour un bénéfice de 14 779 francs. Ils ont évidemment été accepté à l'unanimité, tout comme la modification des statuts (suppression du Bureau, doublon jugé inutile dans l'organigramme). Un nouveau site internet est en fonction à l'adresse www.gironjurassien.ch.

"Le budget 2012-2013 (126 000 francs) est moins élevé que celui de cette saison (137000 francs), mais il est à 100% garanti" , ajoute Jean-Michel Schaer. "Je tire un bilan économique et sportif très positif de cette première année. En ski alpin, six jeunes sur les dix du Centre régional de performance sont classés parmi les 20 premiers Suisses de leur catégorie. Et en fond, Mellie Poffet (SC La Sagne) va rejoindre le Centre national de Brigue."

En soirée, Mellie Francon (championne de Suisse de boardercross), Gaspard Cuenot (champion de Suisse juniors de biathlon, départ en masse), Jules Cuenot (champion de Suisse M18 de ski de fond, sprint) et Didier Cuche (pour l'ensemble de sa carrière) ont reçu le mérite sportif 2012 du Giron. Plus de 90 jeunes ont participé aux activités de la Fête du ski et 280 personnes au souper de soutien.

HORS PISTE

AUBRY OPEREE Emilie Aubry a été opérée jeudi dernier d'une déchirure partielle des tendons de l'épaule gauche, consécutive à sa chute à Blue Mountain en février. "On a d'abord essayé des méthodes conservatives (repos, physio), mais ça n'allait pas mieux, une nouvelle IRM a même montré que c'était pire" , souffle la jeune snowboardeuse d'Ipsach. "Je n'arrivais même plus à lever le bras plus haut que l'horizontal!" Elle gardera le bras en écharpe pendant six semaines et ne pourra pas remonter sur sa planche avant le mois d'août. "Comme le retour sur la neige avec l'équipe de Suisse n'est prévu qu'à la mi-juillet, ce n'est pas trop grave." La Coupe du monde, elle, ne reprendra qu'en décembre.

BESANCET SUR PIED T ania Besancet, l'autre malchanceuse de l'hiver dernier - elle s'était blessée au genou gauche lors du dernier entraînement avant la première course de la saison - , est passée sur le billard il y a six semaines. "On m'a enlevé un petit bout de ménisque et de cartilage", explique la rideuse de Coffrane. "J'ai recommencé l'entraînement physique plus ou moins intensif et je serai prête pour le retour sur la neige en juillet. Je n'ai plus aucune base, mais je suis bien motivée à remettre ça! On dit toujours que l'on revient plus fort après une blessure. J'espère que ce sera aussi le cas pour moi!"

NESNOW EN SURSIS NeSnow, le club de snowboard par lequel sont notamment passés Gilles Jaquet, Olivia Nobs, Mellie Francon, Emilie Aubry ou encore Tania Besancet, pourrait bientôt disparaître. "Tout le comité est démissionnaire, sauf moi", lance Gilles Jaquet. "Si l'on ne trouve personne, le club - qui compte actuellement 29 membres, dont 15 compétiteurs licenciés à Swiss-Ski - sera dissous à la fin de l'année." Une "récupération" par un Ski club est envisagée. Une piste se dessine du côté du SC Saint-Imier. A suivre.

JOLI GESTE DE SOUTIEN Les clubs ont prêté de l'argent au Giron quand sa situation financière était précaire. La dette s'élève à 27 500 francs. En remerciement au gros travail fourni par le comité, le SC Saint-Imier a abandonné sa part, soit 2000 francs. PTU

  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top