05.07.2012, 00:01  

Les écoliers manifestent leur colère face aux incivilités commises dans la cour

chargement
Les élèves de l'école primaire de Fenin-Vilars-Saules ont accroché hier des panneaux confectionnés par leurs soins et par leurs camarades d'enfantine afin de signifier leur mécontentement aux jeunes qui souillent leur cour de récréation. 
CHRISTIAN GALLEY
Par FANNY NOGHERO

FENIN-VILARS-SAULES - Souillures et vandalisme sont désormais monnaie courante au collège. Une situation intolérable pour les élèves d'une classe enfantine. Ils mobilisent leurs camarades.

Hier matin, les élèves de l'école primaire de Fenin-Vilars-Saules, ont fait part de leur mécontentement à retrouver leur cour de récréation souillée en accrochant des panneaux au portail du collège.

Une petite manifestation à laquelle ont assisté Valérie Stauffer, présidente du conseil d'établissement scolaire, et Yves Delamadeleine, président de commune. L'action a été initiée par les enfants de l'école enfantine qui, choqués de voir des mégots, des bouteilles, des canettes et même des excréments envahir la cour de récréation après les week-ends et les belles soirées, ont demandé des explications à leur maîtresse.

" Je leur ai expliqué que c'était le fait de jeunes qui ont de mauvais comportements ", relate Joëlle Radelfinger. " Ils ont souhaité entreprendre quelque chose pour signifier leur colère et m'ont demandé de pouvoir faire passer le message aux autres classes. Ce qui n'a pas été compliqué; à cet âge ils ont une conscience écologique très développée. " Ainsi, les plus jeunes ont dessiné des interdictions d'uriner, de jeter des mégots ou des bouteilles et les plus grands ont rédigé les textes qui les accompagnent.

 

La commune va sévir

 

" On sait que c'est des adolescents qui viennent dans la cour. Ils font pipi partout et mettent même des crottes contre le mur. On n'est vraiment pas contents ", lance Thomas, 9 ans. " Ils nous cassent nos casques et nos vélos, ce n'est vraiment pas gentil ", note dépitée Laura, 9 ans. Et Yannis de pester: " Ils volent nos vélos et nos trottinettes, les lancent dans les fontaines, les champs ou les brûlent. " Evan, 9 ans et demi, n'apprécie pas non plus les saletés qui jonchent la cour de récréation. " Je ne comprends pas pourquoi ils font ça ", s'interroge le jeune garçon.

" Nous avons eu quelques alarmes les années dernières, mais là, depuis le printemps, certains actes de vandalisme deviennent récurrents ", relève Yves Delamadeleine, le président de commune. " De retrouver des bouteilles sur la place de pique-nique n'est pas une déprédation grave, en revanche, le bri d'une vitre de l'abribus, tout récemment, nous a obligé à déposer une plainte auprès de la police. Pour ce qui est de la cour du collège, nous n'avons pas voulu intervenir par voie de justice jusqu'à ce jour. Nos concierges et cantonniers ont à chaque fois remis en état les lieux souillés, non sans photographier les faits. Désormais la cour de l'école est mise à ban et nous dénoncerons tout acte répréhensible ", souligne le président de commune, qui précise que certains groupes de jeunes des trois villages ont été catégoriquement identifiés et que des photos ont été prises.

Un tous-ménages distribué aujourd'hui prévient la population que les autorités sont bien décidées à sévir et à ne pas laisser la situation perdurer.

En revanche, contrairement à la commune des Geneveys-sur-Coffrane, qui a opté pour la vidéosurveillance afin de faire cesser les actes de vandalisme dans l'enceinte du collège, les autorités de Fenin-Vilars-Saules ne souhaitent pas franchir ce pas. " Nous y avons vaguement songé, mais nous avons très vite abandonné cette idée. Les rondes sur place sont bien plus efficaces ."

Les vandales sont prévenus, leurs actes ne resteront pas impunis.


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top