05.06.2012, 00:01  

Le Vallon s'interroge sur le RER

chargement
Près de 200 personnes ont participé hier soir à la première rencontre du gouvernement avec la population sur le RER. 
DAVID MARCHON
Par NICOLAS WILLEMIN

FLEURIER - Public nombreux pour la réunion d'information du Conseil d'Etat.

Prochains débats: à 18h30 ce soir à l'aula du Cifom au Locle, puis mardi 12 juin à la salle de spectacle de Saint-Aubin et lundi 25 juin au collège primaire de Fontainemelon. Les suivants en août.

" Vous savez, je suis venu en étant opposé à ce projet de RER. Mais le débat m'a convaincu, et je vais voter oui! " A l'issue hier soir à Fleurier de la première rencontre du Conseil d'Etat avec la population neuchâteloise, ce Vallonnier est venu se confier à l'animatrice du débat, la journaliste de "L'Express", Fanny Noghero. Visiblement, les arguments du gouvernement et la discussion qui a suivi ont au moins réussi à convaincre une personne.

Cette première réunion publique avec le Conseil d'Etat au complet a été très bien fréquentée: près de 200 personnes. Elle sera suivie de cinq autres - dont une ce soir au Locle - dans les autres districts. L'occasion d'évoquer à la fois les aspects globaux du projet RER-Transrun, mais aussi les aspects locaux. Car les Neuchâtelois - en tout cas une bonne partie de ceux qui étaient présents hier à la salle Fleurisia - ont encore nombre d'interrogations. Des interrogations souvent très précises.

Ainsi, certains Vallonniers n'hésitent pas à affirmer péremptoirement, comme ce participant au débat d'hier soir: "Ce RER que vous proposez, c'est bien beau, mais il ne nous concerne pas du tout. Depuis des années, on nous fait tout le temps des promesses, mais rien ne se concrétise. Le Vallon est à part. Nous, on aimerait plutôt que l'on supprime le contour de la Mort ". " Ne mélangeons pas les travaux routiers et les équipements ferroviaires ", lui a répondu le conseiller d'Etat Claude Nicati. " Mais je peux vous dire que les travaux pour le contour de la Mort ont commencé, et le percement du tunnel du Rutelin débutera cet automne encore. J'en prends l'engagement ici ce soir. "

La députée du Val-de-Travers Johane Lebel-Calame a souhaité pour sa part rappeler que " le RER améliorera bel et bien les liaisons du Vallon avec le reste du canton, grâce à la cadence à la demi-heure et à la possibilité de rester dans le train, sans changement, de Fleurier jusqu'à La Chaux-de-Fonds, en gagnant en plus 22 minutes ".

Sur les aspects plus globaux, certains se posent des questions sur les risques de dépassement des coûts de construction du tunnel entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds. Directeur de la société Transrun SA, Patrick Vianin s'est voulu confiant. " On parle souvent des quelques cas où il y a eu des dépassements. mais jamais des travaux qui ont coûté ce qui était prévu, voire qui ont coûté moins cher, comme le tunnel de Rail 2000 à La Béroche. "

Interrogations également sur les capacités financières du canton pour assumer les 560 millions de francs que représente la part cantonale de ce projet. Le président du Conseil d'Etat, Philippe Gnaegi, s'est voulu très pédagogue: prenant un billet de 100 francs en main, il a expliqué que la charge financière annuelle du RER-Transrun ne représenterait que 60 centimes sur ces 100 francs. " C'est comme si vous aviez un intérêt de 0,6% pendant 40 ans pour acheter une voiture qui va rouler pendant plus de 100 ans ", a ajouté le grand argentier Jean Studer. " C'est une dépense supportable. La rigueur budgétaire est certes indispensable. Mais on ne peut pas seulement économiser, il faut aussi accroître les richesses. Et c'est ce que permettra le projet RER."


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top