16.02.2017, 00:01  

Une arnaque à plus de 157 000 francs

Abonnés
chargement
Caissier et parfois président des sociétés locales, le prévenu les a bernées des années durant. Il prenait dans un compte et versait dans un autre, jusqu’à ce que la situation devienne intenable.

 16.02.2017, 00:01   Une arnaque à plus de 157 000 francs

TRIBUNAL - Entre 2008 et 2015, un sexagénaire a volé cinq associations et clubs de Cortaillod. Hier, le prévenu a dû répondre de ses actes: il a écopé de 16 mois de peine privative de liberté avec sursis.

On lui aurait donné le bon Dieu sans confession. Et pourtant, entre 2008 et 2015, Paul (prénom fictif) a volé plus de 157 000 ...

On lui aurait donné le bon Dieu sans confession. Et pourtant, entre 2008 et 2015, Paul (prénom fictif) a volé plus de 157 000 francs, répartis entre cinq associations et clubs de Cortaillod. Connu et apprécié de tous, le sexagénaire a berné de nombreux villageois. Ils sont tombés de haut en apprenant l’arnaque.

Caissier et parfois président des différentes sociétés, le prévenu a dérobé cet argent en créant de faux bilans, de faux titres et en modifiant les soldes des comptes bancaires. Sur le banc des lésés: le club de tennis de table de Cortaillod (CTTC), l’amicale des Carcouailles de bar, le Parti libéral-radical, le FC Cortaillod et la compagnie des Vignolants. Paul prenait dans un compte et remettait dans un autre. Entrant dans une spirale infernale, il a fini par se faire prendre.

Un prévenu diminué

Hier, le prévenu a répondu de ses actes devant le Tribunal du Littoral et du Val-de-Travers, à Boudry. En fauteuil roulant, il semblait passablement diminué en s’adressant à la juge Nathalie Kocherhans. S’exprimant avec peine et ayant du mal à entendre. Difficile de l’imaginer mettre au point une telle arnaque.

Ce sont les membres de l’amicale des Carcouailles de bar qui ont, les premiers, découvert le pot au rose. Ils ont notamment constaté des différences étranges dans les gains des lotos qu’ils organisaient. Creusant un peu, ils ont découvert un trou de plus de 15 000 francs. Du côté du CTTC, club à qui le prévenu a volé près de 17 000 francs, le président Philippe Devaud souligne que Paul «était l’un des membres fondateurs du club, tout le monde lui faisait confiance». Un jour de «fin 2015, on a entendu des rumeurs disant que de l’argent disparaissait, ce qui nous a incités à contrôler nos comptes».

Le président du CTTC reconnaît que le club n’a pas pris les précautions nécessaires. «C’était le seul qui avait accès aux comptes. Une fois par année, il nous montrait le solde, un document qui était faux.» Selon lui, Paul maîtrisait à la perfection son arnaque, au point de réussir à cacher ses actions. «On a dû injecter de l’argent privé pour éviter la faillite.»

Sur les cinq sociétés, seules trois étaient parties plaignantes. Les deux autres, le FC Cortaillod et la compagnie des Vignolants, avaient déjà conclu un arrangement. L’administrateur des Vignolants, association la plus sévèrement arnaquée, à hauteur de 93 000 francs, a fait savoir que pour eux, «le dossier est clos. S’il ne respecte pas cet arrangement, nous agirons en conséquence».

D’après son avocat, Me Oscar Zumsteg, Paul aurait perdu la tête. «Mon client a été pris dans cet engrenage à cause d’une femme, qui a profité de son argent. C’est une erreur de jeunesse, mais survenue un peu tard.» Le prévenu a déclaré: «Je regrette et je ferai le maximum pour rembourser.»

Des mots qui n’ont pas amadoué le président de l’amicale des Carcouailles. Il n’a pas hésité à donner son avis à la juge. «Je ne l’ai jamais vu avec une femme, je ne crois pas à cette théorie. Je pense que si cela était vrai, il aurait été fier de nous la présenter.» A ses yeux, Paul est un manipulateur qui cache bien son jeu. Et d’ajouter que le sexagénaire menait un train de vie qui ne collait pas à son statut de rentier AI, puis AVS. «Il mangeait toujours au restaurant, il ne se privait de rien.»

Persona non grata

Paul a écopé de 16 mois de peine privative de liberté avec trois ans de sursis. Une reconnaissance de dette envers les plaignants a également été établie. Les victimes sont conscientes de ne certainement jamais revoir leur argent. D’autant que le sexagénaire ne touche que 2600 francs par mois. Elles sont toutefois contentes d’être reconnues en tant que telles.

Si Philippe Devaud relativise et souhaite aller de l’avant, Alain Grimm, lui, n’est pas aussi indulgent: aujourd’hui, Paul est persona non grata dans les différentes manifestations, lotos et autres fêtes villageoises. Le président du CTTC, reconnaît néanmoins que le prévenu «a amené beaucoup plus aux sociétés locales de Cortaillod que ce qu’il n’a pris. Le but n’est pas de le noyer, il en bave assez».

accord entre prévenu et ministère public

Lors de l’audience, qui s’est déroulée hier au Tribunal de police à Boudry, le prévenu a bénéficié d’une procédure simplifiée. La juge Nathalie Kocherhans a ainsi relevé l’accord établi entre le Ministère public et le prévenu sur la peine et les faits reprochés. Deux conditions ont toutefois été nécessaires: l’accusé a dû reconnaître les faits et collaborer. Oscar Zumsteg, mandataire du prévenu, a salué cette procédure simplifiée, qui permet à l’Etat d’économiser de l’argent et du temps.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top