05.10.2017, 16:48  

Nature & Découvertes débarque à Neuchâtel sous la conduite de Payot

Abonnés
chargement
Nature & Découvertes ouvre vendredi à la rue de l'Hôpital, à Neuchatel.

 05.10.2017, 15:55   Nature & Découvertes débarque à Neuchâtel sous la conduite de Payot

Neuchâtel L'enseigne française Nature & Découvertes ouvre ses portes à Neuchâtel. Une galerie photo voit le jour dans les mêmes locaux. Le directeur de Payot s'explique sur la stratégie, l'emploi ou encore les prix.

Après la Fnac et Decathlon, une nouvelle chaîne française débarque à Neuchâtel. A la différence près qu’une société suisse, Payot SA, est à la manœuvre pour Nature & Découvertes, qui ouvre ses portes vendredi.

"Beaucoup d’enseignes françaises sont venues en Suisse et sont reparties la queue entre les jambes", relève Pascal Vandenberghe, président et directeur de Payot. "Le...

Après la Fnac et Decathlon, une nouvelle chaîne française débarque à Neuchâtel. A la différence près qu’une société suisse, Payot SA, est à la manœuvre pour Nature & Découvertes, qui ouvre ses portes vendredi.

"Beaucoup d’enseignes françaises sont venues en Suisse et sont reparties la queue entre les jambes", relève Pascal Vandenberghe, président et directeur de Payot. "Le succès de Nature & Découvertes est d’abord lié au fait que l’enseigne s’est associée à une entreprise suisse."

Une diversification

Pascal Vandenberghe raconte l’origine de cette collaboration: "En 2007, je réfléchissais au développement de Payot, sans l’envie de sortir de nos frontières naturelles. Anticipant les risques sur le marché du livre et visant une diversification, j’ai pensé à Nature & Découvertes." Cela se concrétisera deux ans plus tard, avec un premier magasin à Lausanne.

Les liens se resserreront en 2014, lorsque Pascal Vandenberghe rachète la majorité du capital de Payot au groupe français Lagardère. Pour contrer "une offre d’achat de la Fnac sur Payot, j’ai proposé à la holding qui possède Nature & Découvertes de rentrer dans le capital", ce qu’elle a fait, à hauteur de 20%. "Nous sommes passés d’un simple rang de franchisé à celui de partenaire."

Ouverture différée

Le magasin N&D de Neuchâtel, qui est le septième en Suisse, devait ouvrir il y a cinq ou six ans déjà. Mais "il fallait trouver une arcade au centre-ville". L’opportunité s’est présentée avec les anciens locaux de Metro, à la rue de l’Hôpital. "Sur trois niveaux, c’est un magasin un peu compliqué, mais il est sur le parcours de la zone piétonne. Les lieux étant restés vides près de trois ans, le propriétaire (réd: Credit Suisse) a fait un effort sur le loyer." Un bail de dix ans a été signé.

Le loyer, comme les salaires et les investissements, sont pris en charge par Payot. En vertu du contrat de franchise exclusive passé avec N&D, la chaîne de librairies a payé au franchiseur un droit d’entrée et lui verse un pourcentage sur le chiffre d’affaires. Mais la gestion lui est déléguée.

Emplois locaux d’abord

Une dizaine de personnes ont été engagées. "La plupart viennent de la région. Deux d’entre elles ont travaillé à une époque pour Payot à Neuchâtel. Je favorise les gens qui viennent s’installer plutôt que les frontaliers." C’est le cas de la gérante, qui travaillait pour Nature & Découvertes en France jusqu’à l’ouverture de l’enseigne à Fribourg. "Elle vient d’emménager à Neuchâtel." Des frontaliers dans l’effectif, "il y en a peut-être un ou deux. Mais on privilégie toujours les candidatures locales, quand il y en a".

Des produits européens mais aux prix suisses

La licence accordée par Nature & Découvertes à Payot fait que "nous sommes obligés d’acheter 80% de la marchandise chez eux", explique Pascal Vandenberghe, patron de Payot. Mais "nous avons aussi des produits d’origine locale, comme les huiles essentielles". Sinon, "je dirais que 70% des produits sont fabriqués en Europe. Un peu viennent d’Asie, mais uniquement d’entreprises contrôlées et certifiées sur le plan social et environnemental. Nous voulons être une entreprise propre."

Cela a une incidence sur les prix, plus chers de l’ordre de 20% à ceux pratiqués en France. Car "si les prix sont bas, il faut bien que quelqu’un paie. Ce sont parfois les employés, l’Etat ou cela se fait en ayant recours à l’optimisation fiscale. Tout cela coûte à la société". Lors du lancement en Suisse de Nature & Découvertes en 2009, la volonté était de s’aligner sur les prix français, avec une marge de 5%, livres exceptés. "Mais l’euro était à un 1,60 franc", relève Pascal Vandenberghe. "Quand on dépend de l’importation, le taux de change impacte directement le prix. Nos charges ne sont pas indexées sur l’euro."

 

Des produits pour se "reconnecter à la nature"

Chez Nature & Découvertes, le commerce n’est pas la seule activité, relève Pascal Vandenberghe, détenteur de la licence pour la Suisse. L’enseigne, dont un slogan est "reconnecter le citadin à la nature", organise des sorties payantes en partenariat avec des associations locales. "Tout va à l’association. Nous ne faisons pas de business avec ça. Le magasin fait le lien: nous aidons des associations à trouver leur public et commercialisons des animations pour eux."

Par ailleurs, au Travers d’une fondation, alimentée par les détenteurs d’une carte fidélité (sur dix francs que coûte la carte, la moitié va à la fondation), "nous finançons des projets de pédagogie et de préservation de la nature".

Dans la région, "nous travaillons depuis des années avec ‘La Salamandre’ et nous avons travaillé avec l’Aspo, à Cudrefin". Un peu plus loin, "nous avons participé à des opérations de nettoyage des rives du lac Léman". Et Pascal Vandenberghe de préciser que "l’idée de jouer un rôle pour la collectivité est dans les gênes de Nature & Découvertes".

 

"Un centre-ville vivant"

Pascal Vandenberghe croit "beaucoup en Neuchâtel", lui qui y vit. Le patron de Payot confirme toutefois un diagnostic largement partagé: "Le handicap du centre-ville est de ne pas avoir une grande enseigne très attractive. Quand Globus est parti, on a dit que la locomotive, c’était désormais Payot. Mais nous n’avons pas la puissance de feu d’un Manor, par exemple."

Cela dit, "c’est quand même un centre-ville vivant". Et quant à la concurrence du tourisme d’achat, "Neuchâtel n’est pas plus exposée que d’autres villes. Elle est même un peu plus loin de la frontière que Genève".

Galerie photo en prime

Une galerie YellowKorner installée au sous-sol. Crédit: Lucas Vuitel.

Les locaux de Nature & Découvertes étant trop vastes, le sous-sol abrite une galerie YellowKorner. Ce concept, pour lequel Payot détient  aussi une franchise mais non exclusive celle-là, vise à rendre la photographie d’art accessible à toutes les bourses. "Il y a pas mal de galeries à Neuchâtel. Je me suis dit qu’il y avait un public", note Pascal Vandenberghe. 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

COMMERCENature & Découvertes s’installe à NeuchâtelNature & Découvertes s’installe à Neuchâtel

Top