20.07.2012, 00:01  

Les Studer bâtissent en famille

chargement
1/2  
Par BASILE WEBER

NEUCHATEL - L'épouse du conseiller d'Etat veut construire trois immeubles.

Avocate pour la commission fédérale des maisons de jeu, Marie-Catherine Studer-Blatter est l'épouse de Jean Studer et la nièce du boss de la Fifa Sepp Blatter. Elle a déposé une demande de permis de construire pour trois immeubles d'habitation de 20 mètres de hauteur à la rue des Saars, à Neuchâtel. L'architecte du projet n'est autre que Pierre Studer, frère du futur président du conseil de la Banque nationale suisse (BNS).

La femme du conseiller d'Etat socialiste - il quittera ses fonctions de chef du Département de la justice, de la sécurité et des finances à la fin du mois après sept ans au gouvernement neuchâtelois - souhaite démolir la petite maison avenue du Mail 76 pour réaliser ce projet immobilier d'envergure. Le couple habite juste à côté, au numéro 74, lequel appartient au politicien socialiste.

"Ma femme est propriétaire du terrain. Elle l'a acheté pour permettre à ses parents de vivre à côté de chez nous. Son père est malheureusement décédé. Il n'était pas possible pour ma belle-mère de vivre seule" , explique Jean Studer. "Ma femme a imaginé ce projet avec mon frère Pierre, qui est architecte. Il a fait un projet de qualité avec des immeubles qui s'intègrent bien dans le quartier. Ce sont des appartements de bonne facture pour les familles, mais pas de haut standing. Le projet pourrait intéresser les caisses de pension."

Un tel projet immobilier est-il compatible avec la fonction de conseiller d'Etat?

"Mon épouse est à la manoeuvre. Je n'ai pas d'intérêts" , répond le grand argentier cantonal. "Il n'y a aucun lien avec mes activités politiques. Je ne vois pas où est le problème. Ça concerne la Ville de Neuchâtel."

 

Onze millions de francs

 

Pour Baptiste Hurni, président du Parti socialiste neuchâtelois, à qui nous apprenons l'existence du projet immobilier, "Madame Studer fait ce qu'elle veut avec ses biens, tant que cela n'interfère pas avec les activités de son mari. On se souvient bien de l'affaire Hildebrand... Monsieur Studer est au courant! (réd: le directeur de la BNS avait dû démissionner à cause des opérations financières de sa femme) . S'il se muait en promoteur immobilier pour du très haut standing, politiquement, je verrais un problème..."

Le projet est devisé à onze millions de francs: démolition de la maison, excavation de la roche et construction de quinze appartements de 4,5 pièces à 5,5 pièces et d'un parking souterrain de 22 places sont prévus.

Les logements, d'une surface de 152 à 178 m2, seront vendus en propriété par étage (PPE) ou loués. Ils seront dotés d'une cuisine centrale, avec un séjour-salle à manger et un balcon côté lac, ainsi que quatre chambres et trois salles de bains.

"J'ai trouvé plus intéressant de faire des appartements de qualité pour les familles, mais pas du luxe, plutôt que trois grosses villas sur ce terrain qui offre une très belle situation" , explique Pierre Studer.

"Une étude a été réalisée. Il n'y a pas de danger imminent mais il faut de toute façon assainir et stabiliser le rocher. La colline bouge et la petite maison n'est pas en bonne santé" , ajoute l'architecte de Neuchâtel.

 

"Densification voulue"

 

Pour Fabien Coquillat, architecte communal adjoint, "ce projet immobilier représente une densification voulue dans le quartier. Nous avons encouragé la dérogation à l'alignement pour des questions de continuité de l'espace urbain."

Un trottoir devrait vraisemblablement longer le mur devant les trois immeubles. "Nous sommes à 90% certains qu'il y en aura un" , précise Fabien Coquillat. "Le mur du parking pourrait avoir une apparence de pierre pour l'intégration dans le quartier."

Le permis de construire pourrait être délivré cet automne. Le délai d'opposition est fixé au 6 septembre. Les travaux devraient durer environ un an et demi.


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top