06.03.2014, 00:01  

La succulence made in Neuchâtel

chargement
L'association vin de La Grillette et chocolat de Madagascar 64% a donné lieu à la création d'un coffret dans lequel les amateurs retrouvent les deux produits mis à disposition des ambassades suisses ainsi qu'une composition entre le liquoreux Summun et un Caramel fleurs de sel 36%. 
SP
Par SANTI TEROL

TERROIR - Le domaine de La Grillette et les chocolats Jacot stars des ambassades.

Le domaine de La Grillette, à Cressier, et Jacot chocolatier, à Noiraigue, deviennent des ambassadeurs de la gastronomie suisse! Ces deux artisans neuchâtelois des bons goûts ont été sélectionnés dans le projet "Swiss Delicatessen", soutenu par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Originalité du concept porté par Nicolas Bideau, directeur de Présence Suisse, le cabernet franc passerillé de Cressier et le chocolat de Madagascar 64% grand cru au poivre de Tasmanie préparé au Val-de-Travers ont été mariés par des gastronomes de premier plan: ils sont proposés, en couple donc, à la dégustation par les ambassades et consulats de Suisse à l'étranger afin de promouvoir des appellations d'origine suisse.

Dégustation gagnante

Huit vins (4 rouges, 4 blancs) et sept spécialités culinaires - qui vont de la saucisse au pâté aux bolets - ont été sélectionnés. "Nous avons été contactés par les services de M. Bideau afin de mettre en valeur le vignoble suisse. C'est un cabernet franc de 2010, foulé aux pieds et passerillé en cagettes qui a été retenu" , explique Michel Schurch. Le régisseur du domaine de La Grillette indique que son nectar avait été associé à un panettone tessinois dans un premier temps. "J'avais trouvé cela bizarre" , relève-t-il. "Mais finalement l'association, parfaite, s'est faite avec les chocolats Jacot."

Le chocolatier néraoui indique avoir disposé de deux jours pour composer la recette gagnante après avoir reçu la bouteille du vigneron cressiacois. Puis, "trois personnes de Présence Suisse ont débarqué chez nous pour procéder à la dégustation" . Les premières associations ne se sont pas révélées fructueuses.

Concept éprouvé aux JO

Il manquait un petit quelque chose dans le rendez-vous tannique. "Cette remarque a fait sourire mon chef de production, car en troisième suggestion il réservait cette confection au poivre de Tasmanie." Et, glisse avec satisfaction l'orfèvre de la fève de cacao, "c'est une association magistrale. Après quelques secondes, on ne sait plus si l'on éprouve les tanins du vin ou du chocolat!"

Elu meilleur sommelier de Suisse en 2010, Jérôme Aké Béda a été sollicité par le DFAE pour l'élection des vins stables et d'exception du "Swiss Delicatessen". Le maître d'hôtel ivoirien de Saint-Saphorin ne tarit pas d'éloges à propos de la composition neuchâteloise: "Ce vin passerillé en cagettes est en parfait accord avec le chocolat à 64%."

"Les ambassadeurs et consuls disposent d'un dépliant qui liste et décrit les produits sélectionnés pour une durée de douze mois" , indique Jean-Marie Delafontaine, de Présence Suisse. "Nous avons testé le concept durant les Jeux olympiques de Londres et avons constaté que cela fonctionnait très bien."

AUTRES PORTE-DRAPEAUX DU CANTON DE NEUCHATEL

La désignation officielle des deux ambassadeurs neuchâtelois de la gastronomie suisse est une première qui réjouit et doit être saluée. Sans toutefois occulter le travail réalisé jusqu'ici par d'autres producteurs de la république, viticulteurs en tête, pour mettre en avant le terroir neuchâtelois. Grâce à des initiatives personnelles, les vins de Neuchâtel habitent en effet depuis longtemps les caves d'ambassades ou légations suisses de l'étranger. On boit par exemple du Caves de Chambleau (Colombier) en Ukraine ou aux USA. "Ce sont de toutes petites quantités. Cela se chiffre en centaines de bouteilles" , relativise Louis-Philippe Burgat. Quelque peu remonté contre des revendeurs installés à Zurich "qui considèrent que les vins neuchâtelois ne sont pas crédibles" , Jean-Michel de Montmollin se plaît à leur rappeler que "nos vins se boivent à Toronto, Montréal et aux USA". L'ambassade de Suisse à Washington confirme se servir en Oeil-de-perdrix d'Auvernier pour régaler ses invités. La maison Mauler fait également figure d'incontournable des réceptions de diplomates. "Nous sommes présents dans le monde entier" , convient le patron môtisan. Jean-Marie Mauler dit placer quelques milliers de flacons par an. "Depuis un ou deux ans, les commandes sont en nette augmentation. Peut-être que la présence du Neuchâtelois Didier Burkhalter au Conseil fédéral y est pour quelque chose." La fromagerie Les Martel livre une trentaine de kilos par an de son Bleuchâtel pour les ambassades helvétiques. Comme la plupart des autres artisans, Didier Germain ne connaît pas la destination finale de ses fromages, car les achats sont centralisés par Berne.

Réaction en Chine

Une grosse colère est à l'origine du concept "Swiss Delicatessen". Elle remonte à l'expo universelle de Shanghai, en 2010. Le pavillon suisse offrait alors à ses visiteurs des vins... espagnol et italien. Le conseiller national Christophe Darbellay déposa une motion visant à obliger de servir des vins suisses dans les ambassades. Elle fut légèrement assouplie pour mettre en avant les produits suisses avant d'être appliqué l'an dernier. L'ancien ambassadeur neuchâtelois Blaise Godet constate que jusqu'alors le canton de Neuchâtel brillait "par une absence criante!".


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top