31.01.2013, 00:01  

Une bouchoyade à rebrousse-poil

chargement
1/3  

 31.01.2013, 00:01   Une bouchoyade à rebrousse-poil

Par SYLVIE BALMER

LA CHAUX-DE-FONDS - Opposés à toute exploitation animale, GenevAnimaliste et LausAnimaliste manifesteront samedi au Musée paysan et artisanal.

Les associations LausAnimaliste et GenevAnimaliste manifesteront lors de la bouchoyade organisée samedi matin au Musée paysan et artisanal de La Chaux-de-Fonds, afin de "dénoncer un événement aussi barbare qu'ancestral, qui n'a aucunement sa place dans un pays dit 'civilisé' . " Rencontre avec une sympathisante, la Chaux-de-Fonnière Marika Bisi.

Marika Bisi, avez-vous déjà assisté à une bouchoyade?

Non, je n'ai jamais vu l'intérêt de voir cette fête autour de la mort du cochon, dont l'assistance se réjouit la bave aux lèvres. J'ai arrêté de manger de la viande dès mes 12 ans après avoir réalisé que si mon chaton était un lapin, on le mangerait... Plus tard, j'ai aussi arrêté de boire du lait, car j'ai découvert que cela me créait des problèmes de santé. Les humains sont d'ailleurs les seuls mammifères à boire le lait d'un autre animal après avoir été sevrés...

Aujourd'hui, vous ne mangez ni produits laitiers ni oeufs et êtes opposée à toute exploitation animale... Comment cela se traduit-il au quotidien?

Les oeufs et le lait, on peut très bien vivre sans. Donner ce type d'information, c'est le but de notre venue au musée samedi. Nous ne voulons pas provoquer les gens, mais les informer sur la souffrance des animaux, même dans de petites structures. Pour cette raison, on doit s'interroger sur l'ensemble de sa consommation. L'exploitation animale ne s'exerce pas seulement dans le milieu alimentaire. Pour cette raison, je ne porte pas de vêtements en laine, pas de soie, pas de cuir etc.

Comment faites-vous? Vous privilégiez les produits dérivés du pétrole?

Malheureusement oui. On peut trouver maintenant des vêtements "Végan", qui ne proviennent pas d'une exploitation animale mais ce n'est pas facile de les trouver en Suisse. Mis à part les dérivés du pétrole, les fabricants peuvent aussi utiliser des produits recyclés. Ce qui est sûr, c'est que nous, les véganistes, refusons d'encourager l'exploitation animale, même dans de très petites exploitations, même si l'absence de souffrance est garantie par le producteur.

Vous ne mangez pas de miel?

Non! Les abeilles souffrent quand on leur retire leur miel, soit leur réserve hivernale, et qu'on le remplace par de l'eau sucrée. Elles s'affaiblissent et meurent. On compte énormément de décès par ruche, et le problème est le même chez les petits apiculteurs...

L'homme de Cro-Magnon dessinait des mammouths, pas des carottes... Le véganisme, n'est-ce pas aller contre la nature profonde de l'homme, inscrit dans la chaîne alimentaire comme tout animal?

Certes. L'homme est un animal comme les autres. Il n'est pas supérieur aux autres animaux. Il aurait dû rester cueilleur, plutôt que devenir chasseur... Mais ce n'est pas parce qu'on tue depuis toujours pour assouvir nos besoins, que l'on doit continuer.

 

Bouchoyade:
Samedi, à 10h, Musée artisanal et paysan Crêtets 148 La Chaux-de-Fonds.

Pour participer à la manifestation anti-bouchoyade:
Contacter Jérôme au 077 47562 81
http://genevanimaliste.blogspot.ch
http://www.facebook.com/VeganDes3Lacs

 

Militante gavée ou mise sous vide

 

GenevAnimaliste est un collectif genevois créé en janvier 2011, militant pour l'abolition de toutes les formes d'exploitation animale. On trouve son pendant à Lausanne sous l'appelation LausAnimaliste.

"Cette revendication se base sur le refus du spécisme, idéologie actuellement prédominante dans notre société, selon laquelle il est acceptable d'exploiter, de faire souffrir et de mettre à mort les animaux, pour la simple raison qu'ils sont d'une autre espèce que la nôtre" , peut-on lire sur leur site internet. "En d'autres termes, les besoins et intérêts des animaux 'comptent'systématiquement moins que ceux des humains. Ainsi, il est considéré comme justifié de priver les animaux de liberté, de les élever dans des conditions qui ne satisfont pas leurs besoins et de les abattre, l'intérêt humain (gustatif, récréatif, vestimentaire...) sous-jacent à ces pratiques primant toujours sur celui de l'animal" , dénoncent-ils.

Marché de la fourrure ou du cuir, exploitation des abeilles, tonte des moutons, consommation d'oeuf ou de lait... Pour frapper l'opinion publique, les collectifs GenevAnimaliste et LausAnimaliste, qui se réclament du véganisme, imaginent parfois des mises en scène provocantes, comme en décembre dernier, le gavage d'une militante (consentante évidemment) en plein centre-ville, la mise sous vide d'une autre, étiquetée "élevée en plein air" ou des balades "monstrueuses" en fourrure... Ceux qui souhaitent participer à la manifestation contre la bouchoyade sont invités à se présenter samedi dès 9h30, vêtus de noir, devant le Musée paysan et artisanal de La Chaux-de-Fonds.


Top