12.10.2017, 10:18  

Inauguration du «Jardin de la Saudade» à La Chaux-de-Fonds

Abonnés
chargement
1/5  

 12.10.2017, 10:18   Inauguration du «Jardin de la Saudade» à La Chaux-de-Fonds

LA CHAUX-DE-FONDS - Un jardin de La Chaux-de-Fonds porte désormais un mot symbole cher au cœur des Portugais. «Saudade», cela ne veut pas dire «Miss you», cela peut exprimer un manque, un vide, une nostalgie, une mélancolie mais portée par l’espoir...

La «saudade», qu’est-ce que cela veut dire? Intraduisible, du moins littéralement, a expliqué João Baptista Lopes, membre de la Commission de toponymie, hier matin lors de l’inauguration du «Jardin de la Saudade» rue Ami-Girard, à La Chaux-de-Fonds. Un jardin ainsi nommé en l’honneur des communautés étrangères de la ville, et plus spécialement du Portugal, la plus nombreuse. Une inauguration surfant sur la vague d’Olá Portugal «où La Chaux-de-Fonds était devenue la petite sœur de Lisbonne», a...

La «saudade», qu’est-ce que cela veut dire? Intraduisible, du moins littéralement, a expliqué João Baptista Lopes, membre de la Commission de toponymie, hier matin lors de l’inauguration du «Jardin de la Saudade» rue Ami-Girard, à La Chaux-de-Fonds. Un jardin ainsi nommé en l’honneur des communautés étrangères de la ville, et plus spécialement du Portugal, la plus nombreuse. Une inauguration surfant sur la vague d’Olá Portugal «où La Chaux-de-Fonds était devenue la petite sœur de Lisbonne», a résumé le président de la ville Théo Huguenin-Elie.

«Saudade», cela ne veut pas dire «Miss you», cela peut exprimer un manque, un vide, une nostalgie, une mélancolie mais portée par l’espoir... Enfin, c’est un mot que seuls les Portugais peuvent sentir vraiment, a relevé Maria Belo, présidente du Conseil général. «Et si on dit que le vent emporte les mots, «saudade», c’est le seul mot que le vent n’emportera jamais».

Et «merci à la ville d’avoir enrichi le chapelet culturel du Portugal par cette perle!», s’est exclamé João Baptista Lopes.

Cette cérémonie a rassemblé notamment Ester Vargas, attachée sociale de l’ambassade du Portugal à Berne, les représentants des communautés étrangères et de Vivre La Chaux-de-Fonds ainsi que le Conseil communal in corpore.

Cette inauguration «marque la deuxième conclusion d’Olá Portugal», continuait Théo Huguenin-Elie. Ce jardin, lieu modeste certes mais lieu de rencontre, se trouve au cœur de la ville et de son histoire. «Et merci à tous les immigrés d’hier et d’aujourd’hui qui font notre ville belle». La Chaux-de-Fonds a toujours été terre d’immigration, ce qui explique aussi sa formidable progression démographique. «De1800 à1920, la population a été multipliée par huit», ce qui n’était pas dû uniquement aux longues nuits d’hiver... Une ville «melting-pot de nations, de langues, de religions, une ville multiculturelle, cosmopolite, ce qui en fait l’une de ses richesses et l’une de ses grandes qualités».

Pour l’anecdote: nommer une place ou une rue en l’honneur des communautés étrangères a tout de suite eu l’accord de la Commission de toponymie. Mais une première suggestion a été écartée, celle du nom de la comtesse d’Edla, alias Elisa Hensler, née à La Chaux-de-Fonds en 1836 et qui épousa Ferdinand II du Portugal. Pour en revenir à la saudade, «c’est le sentiment que doit éprouver l’équipe de Suisse de football, et plutôt deux fois qu’une», commentait le président de la ville. «Mais aujourd’hui, il n’y que des gagnants.» cld


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top