21.06.2012, 00:01  

Réplique de René Jacot

chargement
René Jacot réfute énergiquement d'avoir tenu des propos grossiers. 
ARCHIVES CHRISTIAN GALLEY

"J'ai reçu à mon domicile votre diatribe seulement vendredi 15juin 2012, alors que vous aviez déjà atomisé les médias le 12juin 2012 par courriel" : c'est ainsi que René Jacot, l'organisateur du Résisprint et président du SEP Olympic de La Chaux-de-Fonds, commence sa réponse au conseiller communal Jean-Pierre Veya, qui l'avait remis à l'ordre la semaine dernière (notre édition du 14 juin) et lui avait notamment reproché un comportement grossier et irrespectueux envers le personnel du Service des sports.

Energiquement

René Jacot réfute "énergiquement" avoir eu un tel comportement, écrit-il, ajoutant à l'intention du conseiller communal: "Dans votre dénigrement acharné de ma personne, vous n'avez retenu que ce qui alimentait votre démarche." Et d'appuyer ses déclarations par divers cas qui l'ont vu, au contraire, féliciter ces personnes, comme après le Match des 6 cantons du 13 mai dernier, qui a été "lourd de préparation pour les collaborateurs du Centre sportif . Par courriel (...), j'ai marqué ma satisfaction en le priant de transmettre mes félicitations au groupe concerné. En retour j'ai reçu ces quelques mots: je leur transmettrai, ça leur fera plaisir" . Et de réfuter aussi le téléphone raccroché au nez. "Force m'est de préciser que je n'interviens jamais auprès du personnel du Stade de la Charrière et que votre affirmation de "propos grossiers et irrespectueux" tient de la diffamation" , ajoute le Chaux-de-Fonnier.

Sécurité mise en cause

René Jacot tire par ailleurs la sonnette d'alarme quant à la sécurité sur le terrain de lancer du marteau, un dossier sur lequel il insiste depuis plusieurs années. "Il s'agit ici d'éviter un cas mortel" , affirme le président du SEP. Qui raconte qu'en automne 2011, alors que la lumière était relativement basse, un engin est tombé à environ huit mètres d'un petit junior qui traversait le terrain. "J'ai signifié à l'entraîneur: Monsieur, vous êtes conscient du danger qu'il y a de traverser ce terrain avec vos jeunes?" , écrit René Jacot, qui affirme avoir reçu la réponse suivante: "Ta gueule! Tu commences à nous faire ch...!" D'autres cas se seraient produits, mettant en danger la sécurité des jeunes footballeurs qui traversent le terrain.

"A ce jour, la situation n'a pas évolué" , relève l'entraîneur du SEP, qui déplore que "depuis quatre ans, Alexandre Houlmann (réd: chef du Service des sports de La Chaux-de-Fonds) n'a pas réalisé les panneaux indicatifs avec le nouveau logo à placer aux endroits garants de la sécurité" .

Humilité

A Jean-Pierre Veya qui lui rappelait qu'il n'était pas le propriétaire des installations, René Jacot répond ceci: "Sachez aussi que mon humilité m'impose de savoir que je suis un citoyen ordinaire sans privilèges particuliers et que le stade d'athlétisme n'est pas le mien." Il répond également au conseiller communal, qui lui demandait de passer uniquement par lui pour toute démarche, que "votre proposition de vous soumettre à l'avenir toutes les requêtes de l'Olympic me convient parfaitement" .

Tout en ironisant sur le terme "j'exige" : "Alors là Monsieur, avec le respect que je vous accorde, ne comptez pas que je cède à cette attitude (...). Comment pouvez-vous "exiger" une nouvelle réunion alors que les points évoqués lors de la précédente ne sont pas assumés trois ans plus tard?" FRK


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top