13.07.2012, 00:01  

Les Ponts-de-Martel ont gagné leur procès contre une firme de forage

chargement
Cédric Schwab, président de commune, et Jean-Maurice Calame, conseiller communal en charge de l'eau, aux Ponts-de-Martel, devant une fontaine du village dont l'eau ne vient pas du réseau. 
SYLVIA FREDA
Par SYLVIA FREDA

HISTOIRE D'EAU - Après des recherches d'or bleu ratées et un recours à la justice, l'affaire est réglée.

Trois forages ratés sur quatre ont été menés à Combes-Dernier par Sif-Groutbor en 2005 pour chercher de l'eau en quantité suffisante et de qualité pour le village des Ponts-de-Martel.

Mise à mal financièrement, la commune a porté plainte contre l'entreprise quatre ans plus tard seulement, car elle espérait trouver un accord avec la firme, mise en échec sur le terrain.

Le jugement a été prononcé récemment par le Tribunal cantonal. "L'entreprise a perdu le procès", expliquent Cédric Schwab, le président de commune, et Jean-Maurice Calame, conseiller communal en charge de l'eau. "Il a été estimé qu'elle ne pouvait pas ignorer qu'en venant dans l'Arc jurassien, elle se trouvait dans un terrain karstique, donc bourré de trous et de failles par où l'eau s'infiltre et s'échappe." Les frais des trois premiers forages ont donc été mis sur le compte de Sif-Groutbor.

" L'entreprise a été en plus contrainte à nous verser environ 7000francs de frais de justice et à payer les recherches hydrogéologiques ainsi que les études sismiques en lien avec les forages que nous avions sollicitées" , explique Jean-Maurice Calame. "La commune n'a dû payer que les 100000francs du premier forage, qui a débouché, à 29 mètres de profondeur, sur une caverne de 19 mètres. Un risque géologique que nous avons dû assumer."

 

Quel gain?

 

Avec des comptes de l'eau déficitaires en 2009, 2010 et 2011 (voir encadré), ce qui a nécessité une augmentation du prix de l'eau au mètre cube de 30 centimes (voir les trois questions à Jean-Maurice Calame), la victoire des Ponts-de-Martel en justice est une bonne nouvelle. "C'est difficile de vous dire combien d'argent exactement va récupérer la commune, maintenant que cette affaire est bouclée!" , commente Jean-Maurice Calame, responsable de l'eau aux Ponts-de-Martel. "Nous ne pouvons donner de chiffre précis ni à vous, ni encore aux conseillers généraux" , ajoute Cédric Schwab, le président de commune.

Il faut dire que Les Ponts-de-Martel devront peut-être rétrocéder une partie de la subvention cantonale touchée pour les recherches d'eau ainsi qu'une partie de la TVA. "De la somme de départ de 187000francs au profit des Ponts-de-Martel articulée à la fin du procès sont en plus à soustraire les honoraires de l'avocat, qui ont été importants, car cette affaire a nécessité un travail ardu." Jean-Maurice Calame estime, à vue d'oeil, qu'au final un peu plus que le 50% de cette somme, c'est-à-dire environ 100 000 francs, rentrera dans les caisses du village. "Un jour, l'information apparaîtra, plus précise, dans le détail des comptes de 2012!"

Sif-Groutbor n'a pas été la seule boîte contactée. En 2007, une autre maison a effectué un cinquième forage, 200 mètres plus au nord de Combes-Dernier. "Là, nous avions convenu avec l'entreprise de payer en fonction du débit d'eau trouvée." Pas de chance, l'ouvrage s'est avéré stérile. "C'est-à-dire qu'après un forage à 300 mètres, il s'est révélé qu'il n'y avait pas d'eau. Ça nous a coûté un peu moins de 90000francs."

Si autant de forages ont été réalisés, c'est qu'à la tête de la commune il y avait une envie. "Nous voulions remplacer les sources de surface" , explique Cédric Schwab, "car elles sont vite salies quand il pleut. Elles sont alors troublées par la terre, les engrais, le fumier. Elles doivent donc être sous protection. A l'heure actuelle,une nouvelle chambre permet de trier l'eau de deux sources. Elle rejette l'eau d'une d'elles parfois douteuse, mais ne perd pas celle, de bonne qualité, de la seconde."

 

Autres solutions

 

Faute de recherches d'eau fructueuses dans le sol ponlier, les autorités ont décidé de prendre le problème autrement. " En résumé, nous avons d'abord ramené le taux de fuite sur le réseau d'eau au-dessous de 15%. Viteos nous a aidés à trouver les fuites. Et 900 mètres de conduites ont été refaits au captage" , se félicite Jean-Maurice Calame. "Là-dessus s'ajoute, cette année, une pluviométrie intéressante. Bien plus qu'en 2009, 2010 et 2011. Voilà, nous retrouvons le sourire! Enfin, ça fait du bien!"

Vous avez dû augmenter l'eau de 30 centimes par mètre cube? Comment ont réagi les Ponliers?

Je n'ai pas eu de retours. Pour nous ce n'est pas agréable d'avoir à augmenter le prix de l'eau, mais c'est une obligation légale. Car on ne peut pas accumuler des déficits dans les comptes liés à l'eau. Et chez nous, les comptes de l'eau étaient déficitaires ces trois dernières années (voir encadré ci joint).

Lorsque vous aurez réussi à revenir à flot dans les comptes de l'eau, envisagerez-vous alors une diminution du prix de l'eau au mètre cube?

Lorsque nous aurons réussi à reconstituer des réserves financières dans nos comptes et à assainir le réseau - ce qui rime avec un investissement significatif - il n'est pas impossible que le prix de l'eau soit revu à la baisse. Les six premiers mois de 2012 confirment cette annonce positive. Car si on n'a pas à avoir de déficit dans les comptes de l'eau, on n'a pas non plus à stocker des réserves financières. Mais bon, il faut toujours rester prudent avant d'annoncer une baisse du prix de l'eau.

De combien avez-vous augmenté le prix de l'eau récemment?

A cause du manque de pluie, de soucis aux captages d'eau dans le village et du taux de fuite important dans les canalisations, on a dû augmenter le tarif de l'eau de 30 centimes le mètre cube. La consommation d'eau est donc passée de 2fr.60 /m3 à 2fr.90 /m3.

 

Trois années sèches

 

En 2009, 2010 et 2011, les comptes de l'eau ont été déficitaires aux Ponts-de-Martel. " De 60000francs en 2009. De 40000francs en 2010 et de 3000francs en 2011" , déclare Jean-Maurice Calame, conseiller communal en charge de tout ce qui concerne l'eau. "Ce qui représente un total de près de 100000francs. Somme qui correspond à l'argent que nous avons dû sortir de nos caisses pour acheter beaucoup d'eau à la Ville de La Chaux-de-Fonds, pendant ces trois années sèches, anormalement sèches, durant lesquelles ça allait plutôt difficilement du côté de la pluviométrie! Nous avons largement parlé de ce problème à la population lors du 100e anniversaire de l'arrivée de l'eau courante aux Ponts-de-Martel, en octobre2011."

En cas de sécheresse, la commune achète de l'eau à La Chaux-de-Fonds au prix pratiqué dans la Métropole horlogère. "Et quand la Ville de La Chaux-de-Fonds doit faire venir de l'eau de Neuchâtel, donc du lac, le prix de l'eau est alors plus élevé." L'eau qui monte jusqu'à La Chaux-de-Fonds vient des sources de l'Areuse. "Elle passe, ensuite, aux Petits-Ponts, par un aqueduc vieux de 120 ans. De là, une conduite traverse la Vallée des Ponts jusqu'au village des Ponts-de-Martel."

 

"Pas agréable d'augmenter le prix de l'eau!"

 

 

= TROIS QUESTIONS A...

 


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top